Ils veulent traiter les maladies génétiques en modifiant l’ADN des cellules humaines

Un nouveau sujet se portant sur le développement de la science a une fois de plus créer la controverse. Une équipe consultative d’experts influents de l’Académie américaine vient en effet de révéler qu’ils sont d’accord avec l’idée de modifier l’ADN des cellules reproductrices et d’embryons humains. Cela dans le but de lutter contre les maladies génétiques complexes.

Certains chercheurs sont terrifiés par cette idée. Ils doutent que certaines personnes n’aillent un jour utiliser ces techniques dans le but de créer des humains aux traits physiques particuliers ou modifier l’intelligence.

Modifications génétiques

Pour cette raison, ces travaux de manipulations devront être surveillés, soumis « sous un contrôle très strict » et réalisés dans une totale transparence.

Prévention et traitement des maladies génétiques

Les essais ont déjà commencé, mais avec la modification de l’ADN des cellules somatiques d’après le rapport de l’Académie.

Dans le cadre de leurs interventions, les scientifiques vont ajouter, retirer ou remplacer certains gènes.

Les experts n’ont pas oublié de mentionner que les manipulations génétiques ne sont permises que pour le traitement ou la prévention des maladies graves. Pour les autres cas qui demandent des « essais cliniques d’édition du génome germinal, » il serait nécessaire de passer par une consultation publique étendue.

Alta Charo, co-présidente du comité qui effectue cette étude a confirmé que le processus apportera une énorme évolution sur la prévention et le traitement d’un grand nombre de pathologies.

La science sur la mutation génétique connaît une énorme évolution. Ceci implique que les modifications de la partie responsable de l’hérédité sur génome de l’embryon humain, du sperme, des ovocytes et des cellules souches seront bientôt maîtrisées.

Une pratique refusée dans de nombreux pays

Aux États-Unis, modifier des cellules reproductrices humaines est toujours défendu. La raison de cela est que l’Agence des médicaments (FDA) est interdite d’utiliser des fonds fédéraux pour créer ou modifier un embryon humain afin d’ « ajouter un trait génétique pouvant être hérité. »

De nombreux pays partagent cet avis et ont signé une convention internationale qui bannit cette pratique visant à modifier la lignée humaine.

Le Comité international de bioéthique de l’UNESCO avait aussi pris des mesures similaires en 2015 pour éviter que ce genre de pratique « contraire à l’éthique » ne se produise.

Mots-clés génétique