Inde : le gouvernement exige des plateformes sociales une modération plus stricte

À l’instar du gouvernement chinois, le gouvernement indien réclame lui aussi des mesures au niveau des contenus publiés sur les plateformes de réseautage social, dont Facebook, Twitter, Tumblr et bien d’autres.

La diffusion de fausses informations ainsi que de rumeurs sera désormais interdite sur les versions indiennes de ces services. La mise en place de cette restriction ne sera pas une tâche facile pour les géants IT.

Les réseaux sociaux ont toujours été dans le collimateur de certains gouvernements, dont la Chine. Aujourd’hui, c’est au tour de l’Inde de suivre la voie en réclamant à ces plateformes ainsi que leur déclinaison de supprimer les contenus qu’ils jugent illégaux.

À une époque où la liberté d’expression est revendiquée partout, la nouvelle mesure imposée par l’Inde est perçue comme un frein pour le succès des plateformes de réseautage social.

Les contenus jugés « illégaux » ne devront plus voir le jour

De nouvelles lois sont en attente d’approbation sur le territoire indien, des lois en rapport avec les technologies de l’information incluant le commerce en ligne et la cybercriminalité. Ces dernières exigent l’introduction de nouveaux outils permettant de signaler automatiquement les contenus jugés illégaux par le gouvernement indien.

Les contenus qui attisent la haine contre divers groupes protégés, la diffamation publique, la maltraitance d’enfants ainsi que les représentations de viol sont considérés comme illégaux par le gouvernement.

Toute publication faisant référence à ces contenus sera donc bannie des réseaux sociaux. Il est encore question de modération de contenu, une tâche difficile pour les géants du web.

Une menace pour le respect de la vie des utilisateurs des réseaux sociaux

Facebook, tout comme Tumblr, dispose déjà d’un système d’intelligence artificielle pour modérer les contenus que leurs utilisateurs publient chaque jour sur leur plateforme, mais ce n’est malheureusement pas suffisant.

Les géants du web craignent en fait la mise en place d’un système les obligeant à fournir au gouvernement une copie des messages échangés par leurs utilisateurs. La vie privée ne sera donc plus respectée dans ce cas.

Le respect de la vie privée de leurs utilisateurs est une promesse que les géants du web tiennent – ou ont intérêt – à honorer.

Malheureusement, les diverses requêtes des autorités leur poussent parfois à rompre leur promesse. Pour le moment, la nouvelle loi est encore en attente d’approbation par le gouvernement indien.

Mots-clés facebookindetwitter