Inde : Mastercard se conforme aux nouvelles règles sur les données des paiements

En avril 2018, la Banque centrale indienne a stipulé que toutes les informations relatives aux paiements réalisées en Inde devront être enregistrées localement. Cette procédure s’avère indispensable pour faciliter la supervision des transactions. Comme toutes les entreprises financières, Mastercard, Visa et American Express sont concernées par ce nouveau règlement.

Si certaines firmes américaines sont réticentes à ce changement, Mastercard compte bien se conformer aux nouvelles règles de paiements instaurées en Inde et applicables à partir d’octobre 2018. Bien entendu, une telle réorganisation implique des moyens financiers considérables et surtout de nouvelles infrastructures.

Les grandes firmes ont tenté le lobbying pour passer outre ce nouveau règlement. L’Inde de son côté ne compte pas se laisser faire.

L’Inde, un marché à très fort potentiel

En Inde, les modes de paiement numériques sont de plus en plus plébiscités. Toutefois, les grandes sociétés américaines ne sont pas prêtes à stocker les données de paiements localement. Elles ont même demandé une dilution de la directive afin de continuer avec le système actuel, c’est-à-dire une mise en miroir des données. Néanmoins, la Reserve Bank of India a tout simplement refusé leur requête.

La RBI est très stricte sur le stockage des données des ressortissants indiens. Ce règlement est indispensable pour la protection des informations personnelles des utilisateurs. De plus, il serait plus facile d’accéder aux informations confidentielles dans le cadre des enquêtes criminelles. Pour l’heure, Mastercard commence à enregistrer les données de paiements dans son centre de Pune, en Inde. VISA prévoit aussi de suivre son exemple.

Une règlementation stricte

Pour diluer le nouveau règlement sur les paiements réalisés en Inde, les sénateurs américains n’ont pas hésité à demander audience auprès du Premier ministre indien Narendra Modi. Leurs arguments reposent sur le fait qu’une telle initiative pourrait entraver les échanges commerciaux entre les deux pays.

Malgré la réticence des compagnies américaines, la RBI campe sur ses positions. Aussi, la loi générale visant la protection des données est maintenue. Néanmoins, de nouvelles stratégies basées sur le commerce électronique sont en cours de développement.

A l’instar de Mastercard, les grandes sociétés de paiements devront se conformer, tôt ou tard, à la nouvelle législation.

Mots-clés mastercard