Inde : Les modérateurs de contenu de Facebook retournent au bureau malgré les risques de contraction du Covid-19

Le journal à but non lucratif Rest of World a récemment publié un rapport qui révèle que la société tierce Genpact, qui fait partie des nombreux sous-traitants de Facebook en matière de modération de contenu, a contraint des modérateurs indiens à retourner travailler en local, malgré que les menaces liées à la pandémie de coronavirus, ne se soient pas encore estompées.

Facebook emploie environ plus de 15.000 modérateurs de contenu dans le monde entier, rapporte The Verge, et la majorité d’entre eux lui sont fournis par des sous-traitants comme Genpact. Ce dernier compte environ 1.600 modérateurs en Inde qui identifient les contenus inappropriés sur Facebook et qui violent les politiques de l’entreprise de médias sociaux.

Crédits Unsplash

Toutefois, les modérateurs de contenu employés par les entreprises contractantes de Facebook sont loin de disposer des mêmes droits que les modérateurs qui travaillent directement pour la firme technologique.

Genpact a menacé les employés pour qu’ils reprennent leur travail

En effet, alors que les employés de Facebook peuvent travailler en dehors des locaux de l’entreprise jusqu’en juillet 2021 – et encore, ils peuvent ensuite choisir de travailler à distance en permanence en échange d’une réduction de salaire en fonction de leur localité –, Genpact a fait pression sur les modérateurs en Inde pour qu’ils reprennent le travail en local dès le mois de juillet.

Genpact s’est défendu du rapport de Rest of World en arguant que les parties cruciales de ses services de modération ne pouvaient s’effectuer à distance en raison des risques de confidentialité et d’autres obstacles techniques. Si le sous-traitant de Facebook affirme que, malgré cela, les employés étaient retournés volontairement dans les bureaux – en signant un formulaire où il est écrit noir sur blanc qu’ils étaient consentants -, lesdits employés donnent une autre version des faits. Certains employés se sont effectivement plaints que la direction de Genpact a déclaré aux employés qu’ils pourraient perdre leurs emplois s’ils ne retournaient pas au bureau.

D’énormes écarts de traitements dans les conditions de travail

Par ailleurs, Genpact n’est pas la seule société de modération en partenariat avec Facebook à avoir renvoyé les employés derrière leurs bureaux. La société de conseil Accenture a également informé ses employés qu’ils devraient revenir dans les locaux de l’entreprise en dépit des préoccupations sur le coronavirus. Les employés ont alors exprimé leurs inquiétudes sur leur santé et les mesures de sécurité à adopter, cependant, Accenture a refusé de répondre à leurs questions et a déclaré qu’il n’y aurait aucune augmentation de salaire.

À côté de cela, les employés de Facebook ont reçu quant à eux une allocation de 1.000 dollars pour couvrir les coûts du travail à distance et de leurs équipements de travail. Ils peuvent aussi prétendre à l’achat d’actions et, avant la pandémie, ils étaient nourris et véhiculés. Injustice quand tu nous tiens ?

La dernière vidéo de la chaîne

Si vous aimez les produits tech, alors n’hésitez pas à nous rejoindre sur notre chaîne YouTube.

Le dernier test publié sur la chaîne, le test des Reno4 et Reno 4 Pro de Oppo

La Fredzone est également sur Google Actualités, pensez à vous abonner à notre flux !