L’Inde ne veut pas se laisser faire par WhatsApp

L’Inde ne veut pas des nouvelles CGU de WhatsApp. Les autorités indiennes ont en effet envoyé en début d’année un courriel au responsable de la messagerie, un courriel dans lequel elles évoquaient leurs préoccupations. Deux mois plus tard, la tension monte d’un cran. Et cette fois, c’est au tour de la Haute Cour de Delhi de s’en mêler.

Pour comprendre l’histoire, il faut remonter à son début. En janvier, WhatsApp a en effet informé ses utilisateurs de la mise en place de nouvelles CGU visant à transférer une partie de leurs données personnelles vers les autres services de la maison mère. Et donc de Facebook.

Crédits Alfredo Rivera – Pixabay.com

Une décision qui a été très mal accueillie par les utilisateurs de la solution. Beaucoup sont en effet montés au créneau et WhatsApp a alors été obligé de reporter la mise en place de ces nouvelles CGU au mois de mai.

WhatsApp s’est attiré les foudres du gouvernement indien

Nous en avions parlé, mais l’Inde ne voit pas ces mesures d’un bon oeil. Comme indiqué un peu plus haut, les autorités indiennes avaient donc envoyé un courriel au responsable de la solution afin de lui signifier leurs multiples inquiétudes. Elles déploraient notamment que la solution fasse aussi peu de cas de la vie privée des citoyens indiens.

Et depuis, plus rien. Du moins jusqu’à aujourd’hui. Le temps semble en effet être venu pour l’Inde de durcir le ton.

Cette fois, le gouvernement indien a en effet envoyé un courrier à la Haute Cour de Delhi pour demander aux juges de tout mettre en oeuvre afin d’empêcher le déploiement de ces nouvelles CGU.

Aux juges de trancher

Dans leur courrier, les responsables du pays indiquent ainsi que les réseaux sociaux sont utilisés massivement par des millions d’Indiens et que ces derniers dépendent totalement de WhatsApp. En conséquence, ils estiment que ce partage de données peut être préjudiciable pour les citoyens et il leur paraît important de prendre des mesures afin d’empêcher la mise en place de ces nouvelles conditions d’utilisation.

WhatsApp, de son côté, a bien entendu eu vent de l’affaire et un porte parole a ainsi indiqué que cette mise à jour des CGU ne permettra pas à la solution d’élargir sa capacité à partager des données avec Facebook.

L’idée serait en effet, d’après ses propres, de fournir de nouvelles options pour permettre aux utilisateurs d’interagir avec les utilisateurs de WhatsApp. Et de rappeler que sur la plateforme, le chiffrement se fait de bout en bout afin de protéger les messages personnels des utilisateurs.

Reste que cette levée de boucliers pourrait bien donner des sueurs froides à WhatsApp, le marché indien étant très porteur.

Mots-clés whatsapp