Indonésie : les anciennes tourbières gravement menacées par la déforestation due à l’exploitation de l’huile de palme

L’huile de palme est utilisée par les grandes entreprises dans la fabrication de nombreux produits alimentaires tels que les biscuits, les nouilles instantanées ou encore les pâtisseries industrielles. Une enquête menée par Rainforest Action Network ou RAN a cependant conclu que l’exploitation de cette huile figure parmi les principales causes de la déforestation en Indonésie.

La réserve naturelle de Rawa Singkil constitue l’une des régions menacées par le déboisement alors qu’elle abrite de nombreuses espèces en danger d’extinction telles que le tigre de Sumatra, le rhinocéros de Sumatra et l’éléphant de Sumatra.

Crédits Pixabay

Un écosystème marécageux de tourbières considéré comme un important « puits de carbone » y est également localisé.

Plusieurs entreprises de premier ordre sont soupçonnées de s’approvisionner en huile de palme provenant de la région de la réserve naturelle.

Une chaîne d’approvisionnement complexe

À cause de la déforestation massive, les puits de carbone deviennent eux-mêmes des sources de carbone en Indonésie. Les feux de forêt ravagent également les habitats naturels du pays.

Au début de l’année 2019, le RAN a effectué une enquête sur le terrain incluant des interviews du personnel de certaines sociétés productrices d’huile de palme afin de comprendre la chaîne d’approvisionnement de l’huile. L’organisme a ainsi découvert qu’une entreprise nommée CV. Buana Indah achetait illégalement l’huile de palme produite à partir d’un site qui a été déboisé en 2013. Il a alors suivi plusieurs camions qui transportaient l’huile vers une autre usine opérée par PT. Global Sawit Semesta. C’est en fait cette dernière qui approvisionne les entreprises Golden Agri Resources et Musim Mas, principaux fournisseurs d’huile de palme de la région.

En plus de son enquête sur le terrain, le RAN a aussi tenté de remonter les transactions financières pour déterminer les entreprises impliquées dans ce réseau de vendeurs et d’acheteurs d’huile de palme.

Le pouvoir des consommateurs

D’après les résultats de l’enquête, il semble que les chaînes d’approvisionnement soient extrêmement complexes. Il est alors assez difficile pour les entreprises d’éviter l’huile de palme provenant de sources non réglementaires,  et ce même si la plupart d’entre elles se sont engagées à cesser de se ravitailler auprès des fournisseurs qui contribuent à la destruction des forêts.

Selon Kemen Austin, analyste politique chez RTI International, les entreprises font vraiment des efforts afin de concrétiser leurs engagements. Pour le RAN, il est clair que ces sociétés, estimées à plusieurs milliards de dollars, devraient investir dans la réforme de leurs chaînes d’approvisionnement afin de tenir leurs promesses.

Si les grandes entreprises manquent souvent à leurs engagements, c’est aux consommateurs de sonner l’alarme pour apporter des changements dans le secteur. La prise de conscience des consommateurs constitue ainsi une étape importante pour lutter contre la déforestation liée à l’exploitation de l’huile de palme.