Quand Instagram recommande des coupe-faims et des jeûnes à des personnes souffrant de troubles de l’alimentation

La suggestion automatique d’Instagram proposait des coupe-faims et des produits amincissants à des victimes de troubles alimentaires. Pointé du doigt, le réseau social présente ses excuses.

Instagram a toujours voulu faciliter l’orientation de ses utilisateurs vers de nouveaux contenus pouvant les intéresser. Pour ce faire, le réseau social a ainsi lancé une nouvelle fonctionnalité. Celle-ci permet de suggérer aux abonnés des termes de recherche selon leurs centres d’intérêt. En ouvrant la barre de recherche de l’application, des termes comme « couché de soleil », « travaux de jardinage » ou « décoration d’intérieur » peuvent ainsi apparaître. Cependant, le nouvel algorithme de suggestion semble ne pas faire plaisir à tout le monde.

Crédits Pixabay

Certaines personnes souffrant de troubles alimentaires ont estimé que les termes orientant vers des produits pour réguler l’appétit étaient trop récurrents. Des suggestions jugées dangereuses, car elles sont susceptibles d’entrainer des rechutes.

Instagram reconnaît son erreur

« Pour aider les gens à découvrir le contenu qui les intéresse, nous avons récemment déployé une nouvelle façon de rechercher sur Instagram au-delà des hashtags et des noms d’utilisateur, où vous appuyez sur la barre de recherche et nous suggérons des sujets que vous souhaitez rechercher », explique le réseau social dans un communiqué.

« Ces suggestions ainsi que les résultats de recherche eux-mêmes, sont limités aux intérêts généraux. La perte de poids n’aurait pas dû en faire partie et nous avons pris des mesures pour empêcher que ces termes ne réapparaissent. Nous sommes désolés pour toute confusion causée », fait ensuite savoir la plateforme appartenant à Facebook.

Les troubles de l’alimentation sont un sujet qu’Instagram prend très au sérieux. En 2019, l’application de partage de photos a durci sa politique quant aux publicités relatives à la perte de poids. Celles-ci ne sont plus accessibles aux utilisateurs de moins de 18 ans. Et à l’instar de Facebook, le réseau social interdit la publication de contenus encourageant les troubles alimentaires.

Un soutien pour les personnes qui souffrent de troubles de l’alimentation

Le témoignage de Lauren Black montre dans quelle mesure les suggestions sur les coupe-faims et les produits amincissants ne sont pas anodines. « J’essaie de quitter la page et d’éloigner mon téléphone dès que je les vois car c’est perturbant », a confié l’influenceuse qui est en train de guérir de l’anorexie.

D’autre part, Instagram permet à ses abonnés de partager leurs propres expériences de troubles alimentaires. Toutefois, ils ne doivent pas en faire la promotion comme un résultat souhaitable.

Mots-clés instagram