Instagram de nouveau accusé de grossophobie

La plateforme Instagram a de nouveau fait parler d’elle en bloquant le partage d’une photo, publiée récemment par l’un de ses utilisateurs. Le réseau social a ainsi été accusé de grossophobie après que les abonnés de Celeste Barber, une comédienne australienne, ont découvert qu’il leur était impossible de partager le montage que celle-ci avait publié sur son compte le vendredi 16 octobre dernier.

Le montage en question était constitué de deux photos. Celle de gauche représente Candice Swanepoel, une ancienne mannequin de Victoria’s Secret. Sur la photo, elle est assise à moitié nue avec le sein recouvert par sa main gauche. La photo de droite, quant à elle, montre Celeste Barber imitant la pose du Top Model, la seule différence étant qu’elle porte un string.

Crédits Pixabay

L’Instagrameuse a écrit en légende de la publication « Quand tu peux enfin t’asseoir et que tes enfants te demandent à boire ».

Un problème dans les conditions d’utilisation ?

D’après un rapport du HuffPost, quand les utilisateurs ont essayé de partager le montage, ils ont reçu en retour un message provenant du réseau social. Le message indiquait que la photo publiée par Celeste Barber « ne respectait pas les conditions d’utilisation d’Instagram en matière de nudité ».

En réponse à ce blocage, la comédienne a déclaré dans une story que le réseau social devrait revoir ses normes de beauté discriminantes. « On est en 2020, faut se ressaisir » a-t-elle ajouté.

Selon un site d’information australien, Instagram prévoit ainsi de mettre à jour sa politique concernant les questions de nudité pour que toutes les morphologies soient sur un même pied d’égalité en ce qui concerne le traitement par les algorithmes. En tout cas, c’est ce qu’un responsable au sein de la plateforme aurait annoncé au cours d’une interview avec le site. Le responsable a aussi déclaré qu’Instagram s’était excusé auprès de Celeste Barber concernant l’incident.

Des cas similaires signalés auparavant

Le cas de la comédienne australienne n’est pas le seul connu d’Instagram en ce qui concerne la grossophobie. Ce n’est pas non plus la première fois que le réseau social promet de revoir ses conditions d’utilisation. Vers le début du mois d’octobre, Adam Mosseri, le PDG d’Instagram, avait déjà admis qu’une révision des principes de fonctionnement de l’algorithme et de modération en matière de harcèlement était nécessaire.

La plateforme Instagram a été mêlée à d’autres affaires en rapport avec la grossophobie ces derniers mois. Plusieurs photos de personnes de « grande taille » ont en effet été censurées par l’application. C’est le cas par exemple de la photo de Leslie Butch qui était sur la couverture de Télérama en février dernier. Sur la photo, l’activiste, connue pour sa position contre la grossophobie, pose topless en cachant ses seins avec son bras tout en prenant soin de ne montrer aucune partie intime.

Les accusations qui pèsent sur Instagram en matière de discrimination sont de plus en plus fréquentes ces derniers temps. On se demande ainsi quelles seront les prochaines actions du réseau social pour essayer d’apaiser la tension vis-à-vis de ses utilisateurs.  

Mots-clés instagram