Insulter ses profs sur Facebook, ça rapporte !

Le lycée Lakanal de Sceaux, ou LLK pour les intimes, ne plaisante pas avec le respect de l’enseignant et c’est précisément ce qui l’a poussé à exclure définitivement deux élèves en 2013. Pourquoi ? Parce qu’ils avaient insulté leurs profs sur un réseau social très à la mode : Facebook. Mais voilà, la famille d’un de ces élèves ne l’a pas entendu de cette oreille et elle a décidé de porter plainte contre l’établissement.

La scène remonte à mars 2013. Plusieurs élèves de l’établissement étaient en train de discuter dans un groupe privé créé sur Facebook et l’un d’entre eux a commencé à proférer des insultes envers trois enseignants, rapidement suivi par un second élève.

Insultes Facebook

Un lycéen viré pour avoir insulté ses profs sur Facebook a porté plainte et il a gagné 1 500 €.

Mais voilà, leurs propos sont remontés aux oreilles de l’équipe pédagogique et cette dernière a alors décidé de les exclure définitivement de l’établissement.

Ils ont insulté trois enseignants sur Facebook

La famille de l’un de ces élèves a cependant contesté son exclusion et elle a donc lancé dans la foulée un action en justice afin de dénoncer ce qu’elle estimait être une action totalement « disproportionnée ». Elle a notamment souligné le fait que les propos tenus l’avaient été dans un cadre privé, par le biais d’un groupe protégé.

Dans ce contexte, ces insultes ne pouvaient être qualifiées d’injures « publiques ». CQFD, comme dirait Spinoza.

Il faut croire que les arguments de cette famille ont porté leurs fruits car le jugement rendu la semaine dernière par le tribunal administratif de Versailles va dans le sens du plaignant.

S’il indique que l’élève a bien participé à « l’animation d’une page en prêtant des propos grossiers et injurieux à des professeurs et en y associant des photographies (sic) », il précise aussi que le lycéen n’avait aucun antécédents disciplinaires.

Il va toucher 1 500 € en réparation du préjudice moral subi

En outre, il avait en plus présenté ses excuses aux enseignants et il a donc estimé que le recteur avait commis une regrettable « erreur d’appréciation » en confirmant l’exclusion définitive de l’élève et en optant ainsi pour la sanction la plus sévère du code de l’éducation.

Alors bien sûr, ce jugement arrive un peu tard, et ce d’autant que l’élève en question est maintenant âgé de 18 ans. Il a continué son cursus dans un autre établissement et il n’a donc pas besoin de réintégrer son ancienne classe. Ceci étant, il a tout de même gagné 1 500 € en réparation du préjudice moral subi, une somme que va devoir lui verser l’Etat.

Mots-clés facebookinsoliteweb