Intel fait face à plusieurs actions en justice

Intel commence mal l’année 2018. L’éditeur est actuellement dans de beaux draps et fait face à trois procès intentés par des habitants venant de l’Oregon, de la Californie et de l’Indiana.

Récemment, la firme américaine a été au centre de toutes les attentions après que la presse ait publié des informations concernant les mises à jour Intel qui détérioreraient les performances des appareils à hauteur de 30%. Suite à cette polémique, la multinationale a publié dans la soirée du jeudi 4 janvier 2018 un démenti selon lequel les correctifs destinés à régler les problèmes de sécurité de ses puces ne ralentiraient pas les ordinateurs.

Ces déclarations n’ont pas suffi à convaincre certains utilisateurs qui ont décidé d’intenter des actions en justice contre Intel.

Des ordinateurs fragilisés

D’après les sources, les mises à jour Intel entraineraient notamment deux failles de sécurité des processeurs baptisées Meltdown et Spectre.

Ces brèches faciliteraient l’accès des pirates informatiques aux données stockées par les utilisateurs dans la mémoire des noyaux des processeurs. Face à cela, de nombreux propriétaires de processeurs Intel ont porté plainte contre la multinationale US.

Les utilisateurs accusent la marque de ne pas avoir réagi au problème et d’avoir délibérément caché cette faille qui est présente depuis dix ans, mais qui n’a été rendu public que le 2 janvier 2018. Pour rappel, Brian Krzanich, le PDG d’Intel, avait admis lors d’une interview accordée au site Business Insider être au courant de la vulnérabilité de ses processeurs au moment où il a vendu près de 24 millions de ses actions en novembre 2017.

Les actions d’Intel chutent

La situation d’Intel se dégrade. Le 4 janvier 2018, la valeur des actions de la société a chuté de 2% à Wall Street suite aux inquiétudes liées aux impacts que ces problèmes de sécurités pourraient avoir sur les finances et la réputation de la multinationale.

Il semblerait que cette chute en bourse ait été anticipée par Brian Krzanich. Cela expliquerait le fait qu’il ait vendu autant d’actions en novembre 2017. À l’heure actuelle, le PDG d’Intel ne détient donc plus que 250 000 actions de la société.

Pour essayer de sauver les meubles, Intel a assuré qu’il travaillait actuellement sur la conception d’un patch correctif capable de résoudre ces failles.

Mots-clés inteljustice