Intel : jusqu’à 128 Go de RAM pour les puces de 9ème génération, une bonne nouvelle pour les pros

La semaine dernière, Intel confirmait à AnandTech que sa nouvelle génération de processeurs, présentée début octobre, sera capable de supporter un maximum de 128 Go de mémoire vive en DDR4. Si cette annonce suscitera probablement l’indifférence du grand public (pour lequel 16 à 32 Go suffisent dans la plupart des cas), il s’agit là d’une excellente nouvelle pour les professionnels – notamment -, qui ne seront plus forcés de se tourner vers la gamme Xeon pour gérer une telle quantité de RAM sur une configuration Intel.

Jusqu’à présent, les processeurs mainstream ne pouvaient pas supporter plus de 64 Go de mémoire vive… et n’en avaient d’ailleurs pas vraiment besoin. Pour cause, les barrettes mémoire destinées au grand public n’excédaient que très rarement les 16 Go de capacité chacune (16 Go x 4 slots disponibles sur les cartes mères “classiques” = 64 Go de RAM maximum). Une règle qui est en passe de tomber en désuétude.

Les processeurs de 9e génération d’Intel, annoncés dernièrement, pourront gérer un maximum de 128 Go de mémoire vive. Une bonne nouvelle pour les pros, qui devaient jusqu’alors se rabattre sur la gamme Xeon pour profiter d’autant de RAM.

Le débridage consenti par Intel (la chose ne se ferait toutefois pas avant décembre, et arriverait au moyen d’une update que la marque a d’ores et déjà évoquée dans un communiqué), intervient en effet alors que le monde de la mémoire flash et de la RAM est en pleine évolution technique. Zadak ou encore G.Skill viennent ainsi de lancer des modules de mémoire vive grand public atteignant les 32 Go chacun. De quoi rendre obsolète notre petit calcul du paragraphe précédent. Intel le sait parfaitement bien et cherche donc à préparer ses processeurs pour l’avenir.

128 Go de RAM, une quantité de mémoire vive qui a un coût

Reste que dans les faits, cette nouvelle n’aura qu’une incidence très limitée sur le PC de monsieur tout le monde. En dehors de certains logiciels destinés au monde professionnel (logiciels de montage pro, de traitement d’image, ou moteurs de rendu destinés à l’imagerie 3D, par exemple), très rares sont les programmes capables de tirer véritablement parti d’autant de mémoire vive.

Par ailleurs, le prix prohibitif des barrettes 32 Go (qui se monnayent sur les sites spécialisés entre 550 et 750 euros à l’heure actuelle) les mettent hors de portée du commun des mortels. Il en va d’ailleurs de même pour un total de 64 Go de RAM, via 4 barrettes de 16 Go, puisque les prix s’étalent cette fois entre 750 et 1000 euros.

Mots-clés intelprocesseurs