Intel plancherait sur une génération de CPU à 10 cœurs pour contrer AMD

Un peu bousculé par les bonnes prestations d’AMD sur le marché du processeur de bureau depuis deux ans, Intel travaillerait sur une nouvelle génération de puces capable de contrer l’architecture Zen 2 qu’AMD doit déployer en décembre. Baptisée “Comet Lake”, cette dernière serait (notez bien le conditionnel) toujours gravée en 14 nm. Elle ferait en outre la part belle à pas moins de 10 cores, contre “seulement” 6 à 8 cores intégrés aux processeurs actuels de huitième et neuvième génération, et proposerait également un ring bus.

Attention toutefois, l’ensemble de ces informations est à prendre avec un maximum de recul, cette rumeur provenant pour l’instant uniquement de messages publiés sur des forums taïwanais et retransmis ce weekend par le site spécialisé HotHardware. Vigilance et (grosses) pincettes sont donc de rigueur.

Pour contrarier les avancées notables d’AMD sur le processeur de bureau, Intel plancherait actuellement sur une nouvelle lignée de CPUs dotés de 10 cores, la génération “Comet Lake”.

La rumeur de l’arrivée prochaine de puces Intel dotées de 10 cores et gravées en 14 nm, intervient toutefois dans un contexte qui la rend plausible. Et pour cause, Intel cherche à gagner du temps face aux progrès croissants d’AMD sur le CPU de bureau. La firme de Sunnyvale, doit en effet lancer prochainement ses premiers processeurs gravés en 7 nm (gravure prise en charge par le Taïwanais TSMC), tandis qu’Intel patauge toujours sur le développement de son procédé de gravure en 10 nm. Un procédé qui devrait être opérationnel en fin d’année prochaine, comme le note TechPowerUp. Il arriverait alors après plusieurs années d’un développement pour le moins laborieux.

“Comet Lake” : un probable (énième) dépoussiérage de l’architecture Skylake

En attendant qu’Intel puisse migrer sur la tant attendue gravure en 10 nm (si tant est qu’elle n’ait pas été abandonnée), la firme doit se contenter de son vieux procédé 14 nm employés depuis le lancement de l’architecture Skylake, en 2015. Révisée tous les ans ou presque par Intel, cette architecture fait encore recette notamment au travers d’une multiplication des cores entreprise sur la génération Coffee Lake, sortie l’an passé.

On passait alors de 4 cores hyperthreadés sur les processeurs grand public Intel de sixième et septième générations à 6 cores (avec HT, toujours) sur la huitième génération de processeurs de bureau, puis à 8 cores sur certains modèles de la neuvième génération (Coffee Lake-S Refresh, lancée début octobre).

Une stratégie qui n’a pas que des avantages. Car si l’ajout de cœurs supplémentaires rend – sur le papier – les nouveaux processeurs d’Intel plus performants, ce gain de puissance ne peut être pleinement exploité que sur des applications correctement threadées. En jeu, l’arrivée de CPU 6 et 8 cores, n’est donc pas toujours porteuse de performances en hausse, contrairement au TDP qui, lui, a tendance à grimper.

Mots-clés amdintelprocesseurs