Internet moins rapide que des chevaux

Aujourd’hui, il est possible de transférer d’énormes quantités de données via des réseaux câblés et sans fil grâce à l’internet haut débit. Cependant, la capacité de la bande passante dans certaines régions, comme celle de Schmallenberg-Oberkirchen, en Allemagne, reste encore limitée. Pour évaluer les connexions internet locales, des journalistes allemands ont effectué un test en décembre 2020. Concrètement, leur objectif était de savoir si un cheval était capable d’aller plus vite qu’internet.

En Allemagne, la différence des vitesses de connexion internet sur l’ensemble du territoire constitue encore un problème majeur pour la plupart des utilisateurs. À noter que certaines zones disposent déjà d’une fibre optique à haut débit.

Un homme chevauchant un cheval
Image par Devanath de Pixabay

Par contre, d’autres régions sont encore desservies par d’anciennes lignes téléphoniques en cuivre, avec de faibles vitesses de connexion.

A lire aussi : Game of Thrones : une scène de sexe ruinée… par un cheval

Les chevaux ont remporté la course

Ainsi, le photographe Klaus-Peter Kappest a transféré 4,5 Go de photos sur internet en utilisant la technologie ADSL. En même temps, des coursiers à cheval ont été chargés de transporter un DVD vers une destination qui se trouvait à 10 km.

En une heure environ, les chevaux étaient arrivés à destination en remportant la course. En même temps, le transfert via la connexion s’appuyant sur le traditionnel fil de cuivre évoluait très lentement, avec un taux de réussite de seulement 61 %.

Précision toutefois que la connexion internet aurait facilement gagné la course si le test avait été effectué sur une plus grande distance.

Néanmoins, cette expérience a permis d’attirer l’attention des autorités sur les problèmes de connexion internet dans la région. Il convient de noter que la maison de Kappest est équipée d’une ligne de fibre optique au sous-sol. Or, l’administration allemande ne le permet pas de se connecter via ce réseau.

A lire aussi : Quand Google Maps met en avant un homme cheval

Un moyen d’attirer l’attention des autorités

Indépendamment de ces faits, les vitesses maximales de transfert de données ne cessent d’évoluer. L’année dernière, une équipe australienne a atteint un record de 44,2 térabits par seconde.

En tout cas, pour l’Allemagne, ainsi que de nombreuses autres régions du monde, le déploiement d’une bonne qualité de connexion sur la totalité du territoire constitue encore un défi de taille. Peut-être le projet controversé Starlink d’Elon Musk apportera-t-il la solution ?