Invention d’une membrane écologique pour la filtration de l’eau

Les couches utilisées pour le filtrage des eaux s’obstruent très souvent. Afin de résoudre ce problème, des chercheurs ont mis au point une toute nouvelle génération de membranes capables de mieux filtrer l’eau et de se nettoyer plus facilement. La nouvelle découverte a prouvé son côté écologique puisqu’elle nécessite moins d’énergie et aboutit à une émission de carbone amoindrie.

Un bol en pierre avec de l'eau qui coule

En effet, ces pellicules de filtration nouvelle génération sont composées de nanofeuilles qui permettent d’une part une meilleure rétention des débris présents dans l’eau. Une membrane photosensible est ajoutée à l’ensemble en vue de faciliter le nettoyage de ce dernier par la simple présence de la lumière.

Ce travail a été réalisé par un groupe de recherche de l’École supérieure des sciences, de la technologie et de l’innovation de l’Université de Kobe. Les résultats des études ont été publiés dans la revue Chemical Engineering Journal.

Combiner la technologie photocatalytique et la nanotechnologie pour préserver l’environnement

En raison de sa fiabilité, la nouvelle approche de purification de l’eau est actuellement utilisée dans près d’un millier de stations d’épuration. Cependant, un problème s’est fait soulever. La seule technologie des nanofeuilles n’a pas suffi à purifier l’eau efficacement. En effet, les membranes utilisées pour le processus d’épuration finissent par s’obstruer à cause des débris.

 

Par conséquent, les chercheurs se sont lancés dans une quête visant à créer un matériau en nanofeuille stratifié capable de se nettoyer facilement avec moins d’énergie. À l’issue de ces recherches, une technologie photocatalytique basée sur l’utilisation d’un matériau comme le titane a été adoptée.

En outre, les matériaux conçus grâce à cette combinaison de procédés furent non seulement en mesure de traiter l’eau, mais aussi capables de produire une activité photocatalytique élevée. Enfin, pour plus d’efficacité, une nanofeuille de niobate a été ajoutée à l’ensemble.Nouveau système de filtration d'eau

L’incroyable architecture des membranes de filtration

Les couches stratifiées en nanofeuilles ont été conçues par simple filtration sous vide de matériaux en nanofeuilles. Lorsque le film composite est utilisé comme membrane de séparation, les nanofeuilles de niobate donnent à la pellicule stratifiée sa structure. Le nitrure de carbone quant à lui est placé entre ces couches et fait office de séparateur interne entre les deux couches.

Ainsi, les canaux de la pellicule stratifiée se dilatent, augmentant considérablement leur taux de perméabilité à l’eau. Cette architecture des canaux permettra de séparer 90% des débris de l’eau. Pour finir, les chercheurs ont réussi à nettoyer les nanofeuilles bouchées par les débris présents dans l’eau en les irradiant.

SOURCE : MIRAGENEWS

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.