Irak : des archéologues ont découvert un site de culte vieux de 5 000 ans dédié à un ancien dieu de la guerre

Lors de la réunion annuelle des écoles américaines de recherche orientale qui s’est déroulée à San Diego, en novembre 2019, la zooarchéologue de l’Université de la Saskatchewan, Tina Greenfield, a présenté la découverte de son équipe.

C’est en Irak, sur le site d’Uruku, une région de Girsu (Tello), que des archéologues ont découvert un site de culte vieux de 5 000 ans. Ce site aurait accueilli des cultes et des cérémonies rituelles pour Ningirsu, une divinité mésopotamienne de la guerre.

Crédits Pixabay

D’après Greenfield et Sébastien Rey, le directeur du projet Tello/Ancient Girsu du British Museum, sur le site se trouvaient une fosse rituelle de 2,5 mètres de profondeur, des tasses, des bocaux, des bols, des récipients à bec en céramique brisés ainsi que des os d’animaux.

Les découvertes sur le site donnent une idée du déroulement de ces rituels

Parmi les objets que les archéologues ont trouvés sur ce site de culte vieux de 5 000 ans, une statuette en bronze en forme de canard avec des yeux proéminents a particulièrement attiré leur attention. Cet objet a probablement été dédié à une déesse associée à l’eau, aux marais et aux oiseaux aquatiques, Nanshe. Rey l’a déclaré à Live Science par le biais d’un mail.

Concernant les céramiques de cérémonie, Rey et Greenfield ont indiqué qu’elles étaient sûrement utilisées durant les rituels comprenant des processions, avant d’être jetés dans la fosse. Ils ont d’ailleurs retrouvé un fragment de vase portant des inscriptions relatives à Ningirsu, le fameux dieu de la guerre.

Quant aux os d’animaux, ils indiquaient la tenue de sacrifices rituels, ou seulement leur consommation en grande quantité durant ces cérémonies. D’ailleurs, une épaisse couche de cendres démontrait également que de grands incendies étaient allumés durant les festivités.

En outre, ils ont identifié des structures ovales remplies de cendres, au nombre de huit, étaient peut-être des restes de lanternes destinées à éclairer le site.

Des cérémonies rituelles datant de la période prédynastique

Toujours par le biais du mail destiné à Live Science, Rey et Greenfield soulignent que toutes les découvertes qui ont été effectuées sur ce site relient ce dernier aux festivités religieuses du peuple de Girsu, décrit sur des tablettes cunéiformes, découvertes à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle.

Ces fêtes étaient destinées à honorer Ningirsu deux fois par et an et duraient quatre jours, selon Rey et Greenfield. Ces cultes étaient pratiqués durant la période prédynastique, une période située entre 2950 et 2350 av. J.-C.

Mots-clés archéologie