Iran : quand le coronavirus devient une opportunité pour espionner la population

La fulgurante expansion du coronavirus pousse les autorités à prendre des mesures draconiennes : restrictions, quarantaines, surveillances et augmentations des contrôles. Résultat : le pouvoir des gouvernements augmente, car ils peuvent prendre les décisions qui s’imposent.

L’Iran fait partie des pays qui comptent le taux d’infection le plus élevé au coronavirus. Le gouvernement semble en profiter pour étendre son contrôle politique et sa surveillance des populations. Des mesures superflues ont en effet été prises : selon Vice, une nouvelle application mobile aurait été approuvée par le gouvernement.

Crédits Pixabay

Baptisée « AC19 », l’appli se présente comme un outil qui permet d’aider à diagnostiquer la présence du virus. Son utilisation ne semble cependant pas se limiter à cela : elle demande en effet des données de localisation en temps réel, des données qui ne semblent pourtant pas nécessaires pour contrer la maladie. Ces surplus de mesures soulèvent des questions.

AC19 : aide ou surveillance ?

Le développeur d’AC19, Sarzamin Housmand (ex-Smart Land Solutions) est connu pour être tourné vers la surveillance. L’orientation des activités du développeur de cette application renforce l’idée que son utilisation vise plus à la surveillance qu’à la prévention au coronavirus.

Comme quoi, c’est à se demander si l’identification des cas d’infection au virus est réellement la seule priorité du gouvernement iranien. Surtout que la fenêtre contextuelle de demande d’autorisation de localisation est en anglais. Or 40 % des utilisateurs utilisent l’appli en Iranien, ce qui laisse entendre que les données pourraient être récoltées en catimini par l’application.

Coronavirus : danger ou opportunité ?

Le gouvernement iranien reçoit donc énormément de données et on ignore ce qu’il en fait. Le ministre de la Technologie d’information et de communication (TIC), MJ Azari Jahromi, a récemment dévoilé que des millions d’utilisateurs soumettaient quotidiennement diverses données qui sont récoltées pour créer une carte des risques.

L’Iran est connu pour sa surveillance de la population et sa volonté de prendre des mesures extrêmes pour réprimer les dissidents, et le coronavirus lui offre l’opportunité d’utiliser un outil de surveillance en toute légitimité. Mais dans son envie de contrôle, il est à craindre que le gouvernement fasse traîner la situation dans l’unique but de maintenir ces nouveaux privilèges.

Certains soupçonnent d’ailleurs le pays de ne pas déclarer ses taux d’infections et de mortalités réelles par coronavirus. Le gouvernement chercherait à maintenir la hausse de son pouvoir politique en utilisant l’application AC19 pour l’aider à savoir où vont certains de ses opposants.

Mots-clés CoronavirusIran