J.K. Rowling accusée de transphobie après un tweet polémique

820 000. C’est à peu près le nombre de publications qui ont parlé de l’autrice à succès J.K. Rowling sur Twitter, le dimanche 7 juin 2020. Non, la maman d’Harry Potter ne vient pas de sortir un nouveau livre. Si J.K. Rowling fait actuellement parler d’elle, c’est à cause d’un tweet polémique qu’elle a publié récemment et qui a poussé les gens à croire qu’elle était transphobe.

Tout a commencé le 6 juin 2020, lorsque l’autrice a retweeté un éditorial du site devex.com qui parlait de la création d’ « un monde post-Covid-19 pour les personnes qui ont leurs règles. » Dans sa publication, c’est avec une pointe d’ironie que J.K. Rowling a fait remarquer que le mot « femme » correspond aux « personnes qui ont leurs règles. »

Crédits Pixabay

« Je suis sûre qu’il y avait un mot pour désigner ces personnes, avant. Que quelqu’un m’aide. Fammes ? Fommes ? Fimmes ? » a-t-elle écrit.

Cette remarque n’a pas été du goût de tout le monde. Pour preuve, l’autrice a été attaquée de toute part par les membres de la communauté trans.

Un tweet qui exclut les personnes non binaires

Zeke Smith, un homme trans, connu aux États-Unis pour avoir participé à l’émission Survivor, fait partie des personnes qui se sont senties lésées par la publication de J.K. Rowling. Ce dernier a répondu à l’autrice britannique en ne mâchant pas ses mots.

Zeke Smith a écrit : « Coucou ! Je suis un homme ! J’ai mes règles ! ». Il a poursuivi en expliquant que le tweet de J.K. Rowling excluait les personnes non binaires, qui ne se considèrent ni comme un homme, ni comme une femme.

À lire aussi : The Ickabog ou quand J.K.  Rowling dépoussière une de ses nouvelles

J.K. Rowling réfute ces accusations

J.K. Rowling a répondu à ses détracteurs à travers une série de publications sur Twitter. Elle a réfuté toutes les accusations de transphobie et en a profité pour expliquer son point de vue sur la non-binarité.

« Si le sexe n’est pas une réalité, alors il n’y pas d’attirance pour les personnes de même sexe. Si le sexe n’est pas une réalité, alors ce que vivent réellement les femmes à travers le monde est effacé. Je connais et j’aime des personnes trans, mais effacer le concept de sexe retire à beaucoup la capacité de discuter vraiment de leurs expériences. Dire la vérité ce n’est pas tenir un discours de haine. »

Elle a ajouté qu’elle avait toujours eu de l’empathie pour les personnes trans.

À lire aussi : J.K. Rowling a lancé un nouveau portail

Mots-clés twitter