Jack Dorsey, le boss de Twitter, victime de hackers

Ce n’est pas parce qu’on est le boss de Twitter qu’on est à l’abri des hackers. Il suffit de regarder ce qui est arrivé à Jack Dorsey, le patron et le fondateur du réseau social. C’est le 30 août dernier que les tweetos ont remarqué des activités inhabituelles sur les comptes de Jack Dorsey. On pouvait notamment voir que ce dernier tweetait des contenus à caractère raciste et faisant l’apologie d’Hitler.

Que les followers de Jack Dorsey ne s’alarment pas, car il s’agit en fait d’actes perpétrés par des hackers qui ont pris d’assaut le compte du boss de Twitter le temps d’un instant. Heureusement, ces tweets n’ont pas fait long feu sur la toile et ont été supprimés 10 minutes après leur apparition.

Crédits Pixabay

On a appris que cette attaque à l’encontre de Jack Dorsey est l’œuvre du groupe de pirates informatiques « #ChucklingSquad » et « #ChucklingHela ».

Twitter prend rapidement les choses en main

Après le piratage du compte de Jack Dorsey, les responsables de Twitter ont rapidement publié un message officiel sur la plateforme pour éviter que les internautes ne se méprennent sur ce qui s’est réellement passé.

« Nous sommes au courant que @jack a été piraté et nous enquêtons sur ce qui s’est passé. » Peu de temps après ce message, Twitter a indiqué que le compte de Jack Dorsey était « maintenant sécurisé » et qu’il n’y avait plus « aucun signe que les systèmes de Twitter aient été compromis. »

Des groupes qui n’en sont pas à leur premier coup

D’après les informations, les hackers seraient passés par des SMS envoyés depuis la plateforme Cloud Hopper, une société appartenant à Twitter, pour diffuser les tweets depuis le compte de Jack Dorsey.

Le fournisseur mobile AT&T a également été impliqué dans cette affaire étant donné qu’il a été prouvé que le piratage avait été permis après un changement de carte SIM réalisé par des employés AT&T.

Ce n’est pas la première fois que des actes de piratages pareils sont signés par les groupes « #ChucklingSquad » et « #ChucklingHela ». En juillet dernier, c’était le compte de la police de Londres qui a été la cible de ces hackers qui ont l’habitude de signer leurs actes de ces hashtags. Reste à savoir qui sera la prochaine cible de ces hackers.

Mots-clés twitter