Jacquie et Michel ainsi que Dorcel vont élaborer une charte déontologique pour les productions X françaises

Jacquie et Michel, Dorcel, des noms bien connus des amateurs de films pour adultes, mais pas seulement. Le premier s’est en effet retrouvé sous les feux des projecteurs le 11 septembre dernier suite à un signalement déposé devant le parquet de Paris par trois associations féministes.

Un signalement qui a pour point de départ une vidéo réalisée un peu plus tôt dans l’année par le média Konbini.

Une photo érotique
Crédits Pixabay

La séquence portait en effet sur ce que nos confrères qualifiaient les “coulisses sordides du porno amateur” et elle se focalisait sur le témoignage de deux femmes ayant participé à des tournages réalisés par des producteurs travaillant en collaboration avec Jacquie et Michel.

Une charte voulue par Dorcel et Jacquie et Michel

Extrêmement choquants, les témoignages en question expliquaient en substance que ces deux femmes s’étaient retrouvées à devoir pratiquer des actes sexuels pour lesquels elles n’avaient pas donné leur accord.

Très vite, l’affaire a enflé et d’autres témoignages ont commencé à apparaître un peu partout, révélant un profond malaise dans l’industrie.

Quelques mois plus tard et comme nous le révèle MediaPart dans un article (payant) publié le 19 novembre, Dorcel et Jacquie et Michel ont donc annoncé travailler sur une charte déontologique pour éviter de nouveaux débordements.

A lire aussi : Jacquie et Michel débarquent sur Canal+

Mieux encadrer la profession… tout en protégeant les actrices

La mission a été confiée, d’après les informations communiquées par nos confrères, par une ancienne actrice devenue réalisatrice et productrice, Liza Del Sierra, ainsi qu’ un sociologue de l’université Paris I, Alexandre Duclos, et un avocat spécialisé dans la défense des travailleurs et travailleuses du sexe, maître Matthieu Cordelier.

Ensemble, ils recevront des professionnels de l’industrie et ils travailleront à élaborer une charte déontologique reposant sur plusieurs chapitres clés, comme le consentement, la santé physique, l’hygiène ou encore la diffusion des images.

A lire aussi : Mercicam ou quand Jacquie et Michel font dans le réseau social

La France n’est pas le seul pays concerné

Le groupe de travail s’est donné pour but de produire une charte au premier trimestre 2021. Charte qui sera ensuite soumise à l’approbation de toute la profession.

L’idée est donc de mieux encadrer la profession, ce qui ne peut que lui être bénéfique.

Ces derniers mois les plaintes se sont en effet succédés et les deux géants de l’industrie ne pouvaient rester les bras croisés. Il faut d’ailleurs signaler que le sujet ne fait pas uniquement débat en France. Aux Etats-Unis, une pétition a en effet été lancée contre le site Pornhub, un site accusé de gagner de l’argent avec des vidéos qui ne sont pas toujours consensuelles.