James Bond est-il plus efficace avec un coup dans le nez ?

Si James Bond profite d’une si grande popularité malgré les décennies, c’est notamment parce que le personnage cultive une certaine image. Toujours tiré à quatre épingles, l’agent secret britannique apprécie conduire une bonne vieille Aston Martin avec des gadgets en pagaille. Mais l’homme apprécie aussi déguster un bon verre : son cocktail préféré est la vodka martini, toujours au shaker, jamais à la cuillère. Mais parfois, James Bond déguste d’autres boissons et son amour pour l’alcool n’a jamais été un secret. Alors une question se pose : le plus célèbre des Britanniques est-il plus efficace avec un coup dans le nez ? Daniel Craig, en pleine promotion de Mourir peut attendre, offre sa réponse (via ComicBook) après 15 ans à interpréter le personnage.

Une réponse teintée d’humour puisque l’acteur qualifie cette consommation excessive d’alcool de « gag récurrent ».

Daniel Craig dans le rôle de James Bond
Crédits Gaumont/Columbia TriStar Films

Et on ne le dira jamais assez : l’abus d’alcool est dangereux pour la santé.

A lire aussi : “Rock” avec Sean Connery pourrait être considéré tel un James Bond

James Bond a une bonne constitution pour Daniel Craig

Avec d’énormes quantités d’alcool ingurgitées, James Bond a une sacrée descente. Mais pour Daniel Craig, l’agent secret n’est jamais ivre : « Il a une bonne constitution ».

L’interprète de 007 explique que cette consommation excessive représente plus un gag récurrent (même si on imagine que dans les années 60 et 70, il s’agissait d’une marque de virilité).

« Je pense que c’est un gag, un gag récurrent » estime l’acteur, ajoutant avoir « l’impression que c’est une bonne blague puisque personne ne peut boire autant et faire tout ça, c’est James Bond ! ».

Daniel Craig partage même une anecdote, révélant qu’un journaliste russe lui a « dressé un tableau de la consommation d’alcool de tous les James Bond et j’étais tout en haut, je me suis dit ‘Ok, c’est génial’ ».

Mais l’interprète de l’agent secret tempère cette joie : « Je ne suggère pas une seconde boire au travail, c’est une très mauvaise idée, mais pour James Bond, c’est amusant ».

Aujourd’hui, le personnage s’éloigne un peu de cette image d’alcoolique mondain. Beaucoup d’éléments crées par Ian Flemming s’effacent comme le machisme de James Bond ou son côté très séducteur autrefois très appuyé.

Mots-clés 007james bond