James Webb Telescope : les deux parties du télescopes ont été assemblées

Lorsque la construction du télescope spatial James Webb (JWST) a débuté au milieu des années 90, personne n’imaginait à l’époque que la réalisation de cet instrument très complexe prendrait autant de temps. Mais il semble que nous soyons enfin proches de l’aboutissement du projet.

En effet, les scientifiques de Northrop Grumman à Redondo Beach, en Californie, ont assemblé les deux moitiés du télescope pour la toute première fois.

espace

Crédits Pixabay

Un télescope plus puissant pour prendre la relève de Hubble

Une fois qu’il sera opérationnel, le télescope spatial James Webb prendra la place du télescope Hubble de la NASA. Si Hubble fonctionne toujours après plus d’un quart de siècle de service, ses missions sont dorénavant limitées depuis le retrait de la navette spatiale, et certains de ses composants commencent à tomber en panne.

Toutefois, JWST ne se contentera pas de remplacer Hubble, il va également accroître considérablement notre capacité à observer des objets éloignés. Sa technologie est en effet beaucoup plus complexe. Il utilise un plus grand miroir multi-segments en béryllium, et, à cause de sa sensibilité infrarouge élevée, il lui faut un pare-soleil déployable pour protéger ses instruments.

Les ingénieurs n’ont donc eu d’autres choix que de construire le télescope en deux moitiés. Il y a d’une part le télescope Webb lui-même avec les miroirs et les instruments scientifiques, et d’autre part le cadre du vaisseau spatial avec le pare-soleil et les équipements de communication.

Une opération où aucune erreur n’est permise

L’année dernière, Northrop Grumman avait temporairement connecté les deux moitiés de JWST pour s’assurer qu’elles pouvaient communiquer entre elles. Mais c’est la première fois qu’elles sont physiquement connectées selon le schéma final. Northrop travaille maintenant à la connexion de l’électronique pour que les deux moitiés soient complètement intégrées. Après cela, la prochaine étape consistera pour les ingénieurs à tester le pare-soleil à cinq couches.

Après son lancement, JWST se dirigera près du point de Lagrange Terre-Soleil (L2) situé à près de 1,5 million de kilomètres de la Terre. Mais si le pare-soleil ne se déploie pas correctement, le télescope pourrait ne pas fonctionner, et alors les scientifiques n’auraient aucun moyen de le réparer. Il est donc primordial que l’équipe s’assure du bon fonctionnement du pare-soleil avant son embarquement dans la fusée Ariane 5.