Japon : 2760 € d’amende pour un simple retweet

Le journaliste japonais Yasumi Iwakami a été condamné dans son pays natal à une amende 2760 €. Et pour cause, il est accusé d’avoir retweeté une publication considérée comme diffamatoire à l’encontre d’un ancien maire d’Osaka.

Au Japon, les internautes qui retweetent une publication diffamatoire peuvent faire l’objet d’une poursuite judiciaire. C’est notamment le cas de Yasumi Iwakami qui vient d’être condamné par un tribunal d’Osaka pour avoir retweeté un message considéré comme nuisible à la réputation de Toru Hashimoto, ancien maire d’Osaka. Le jugement a été rendu plus tôt ce mois-ci et oblige le journaliste à verser à la victime la somme de 330.000 yens, soit environ 2760 euros, à titre de dommages-intérêts.

Facepalm

Crédits Pixabay

Il faut savoir que l’ancien magistrat de la ville d’Osaka avait initialement demandé une compensation d’au moins 1.100.000 yens, soit l’équivalent des 9300 €, mais finalement le tribunal a tranché ainsi.

Des faits qui remontent en 2017

Il convient de noter que les faits remontent en 2017. À l’époque, le compte Twitter de Yasumi Iwakami était suivi par plus de 175.000 personnes. Compte tenu de l’importance de la communauté des followers de l’accusé, le plaignant estime que la publication diffamatoire a été vue par un grand nombre de personnes.

D’après notre source, le message indiquait que des employés d’une administration sous la tutelle du maire d’Osaka avaient été poussés au suicide. Une révélation qui s’est avérée fausse. Face à cela, la victime a effectué un dépôt de plainte fin 2017. Pour le juge d’Osaka, le retweet du journaliste pouvait être associé à une approbation du message initial.

Il a cependant souligné que tous les retweets ne pouvaient pas être considérés comme des approbations.

Un verdict qui enflamme la Toile japonaise

La plupart des internautes japonais contestent cette décision du tribunal d’Osaka. Certains pensent même que le verdict risque de mettre à mal la liberté d’expression dans le pays. À cela s’ajoute le fait qu’il est susceptible d’inquiéter de nombreuses personnalités.

Mécontent de son jugement, Yasumi Iwakami a quant à lui annoncé qu’il ferait bientôt appel.

Mots-clés twitterweb