Japon : dans la préfecture de Kagawa, les mineurs pourraient être limités à une heure d’écrans par jour

Au Japon, les autorités de la préfecture de Kagawa espèrent la mise en application d’une ordonnance qui limiterait les mineurs à une heure d’écrans par jour. Trente minutes supplémentaires seraient accordées pendant les vacances scolaires et les jours fériés.

Nous n’y sommes pas encore, mais en fonction des avis que donneront les résidents de la préfecture japonaise de Kagawa sur la question, la balance pourra pencher vers de nouvelles restrictions imposées aux mineurs. VGC, s’appuyant sur un article du Asahi Shimbun, rapporte ainsi le souhait des autorités locales quant à limiter le temps passé par la jeune population sur les écrans.

Canular Ado

Si cette ordonnance était validée, les mineurs ne pourraient pas dépasser une heure par jour sur un smartphone, un ordinateur ou une console de jeu. Cette limite serait étendue à 90 minutes lors des vacances scolaires et des jours fériés.

Proposition de limiter le temps sur les écrans : pas de sanction prévue pour les contrevenants

Les autorités ont souligné que cette ordonnance avait vocation à faire acte de prévention sur une dépendance excessive aux smartphones et aux ordinateurs. Un comportement ainsi à même d’avoir un impact négatif sur les activités sociales et scolaires des enfants.

On peut toutefois se demander de quelles manières ces mineurs pourraient être incités à réduire leur temps passé sur les écrans, dans la mesure où aucune sanction n’est prévue pour celles et ceux qui outrepasseraient la limitation envisagée.

Un porte-parole de la préfecture de Kagawa a estimé que cette proposition pourrait être de celles à figurer, à terme, dans la loi japonaise. Il est précisé qu’après la consultation des résidents sur ces propositions, un projet d’ordonnance sera soumis au vote de l’assemblée préfectorale. Le but, pour ses signataires, étant d’arriver à sa promulgation avant la nouvelle année scolaire, qui débutera au mois d’avril au Japon.

Le porte-parole souligne que cette limitation d’un heure a été établie à la suite d’une étude préfectorale sur l’environnement d’apprentissage des enfants. On imagine donc que ces derniers passent actuellement, et en moyenne, un temps pas beaucoup plus élevé devant les écrans. Une précédente enquête américaine préconisait d’ailleurs cette limitation d’une heure en raison du risque de stress et de dépression encouru par les enfants exposés à de plus grandes durées.

Mots-clés japon