Le Japon envisagerait de rejeter l’eau radioactive de Fukushima dans la mer

En 2011, la centrale nucléaire n° 1 de Fukushima a été fortement frappée par un puissant tremblement de terre et un tsunami. Depuis, le gouvernement japonais n’a cessé de chercher des solutions pour se débarrasser de l’eau qui a été utilisée pour refroidir le réacteur. Ainsi, selon certaines sources, les autorités du pays projetteraient de déverser cette eau radioactive traitée  dans la mer.

La nouvelle n’est pas encore officielle mais la décision pourrait être confirmée très prochainement. Rappelons que le rejet dans la mer et l’évaporation de l’eau faisaient partie des options envisageables indiquées par un sous-comité gouvernemental vers le début de l’année. Rafael Grossi, le directeur général de l’International Atomic Energy Agency, avait d’ailleurs déclaré en février dernier que le rejet de l’eau contaminée dans la mer correspondait aux normes mondiales utilisées dans le domaine de l’industrie. Il a aussi ajouté que cette pratique était assez courante au niveau des centrales nucléaires dans le monde entier, même en dehors des situations d’urgence.

Crédits Pixabay

Bien que le rejet dans l’océan semble ainsi être la solution choisie par les experts, il suscite l’inquiétude chez de nombreuses entités, notamment en ce qui concerne les enjeux et impacts environnementaux.

Des réservoirs qui seront bientôt pleins

Pour traiter l’eau de la centrale nucléaire, le système ALPS ou Advanced Liquid Processing System a été adopté afin d’éliminer les éléments radioactifs autres que le tritium. L’eau traitée a ensuite été stockée dans des réservoirs se trouvant dans l’enceinte de la centrale.

Selon les informations, en septembre dernier,  1,23 million de tonnes d’eau avaient déjà été emmagasinées dans plus d’un millier de réservoirs. Mais en même temps, la quantité d’eau contaminée augmente de près de 170 tonnes par jour. A ce rythme, on s’attend à ce que l’espace de stockage soit totalement saturé d’ici l’été 2022. 

A lire aussi : 8 ans après, une des plages de Fukushima va réouvrir au public

Un traitement secondaire pour clarifier l’eau contaminée

Alors que plusieurs pays ont limité l’importation de produits agricoles et de fruits de mer en provenance du Japon depuis la catastrophe de 2011, l’idée de rejeter l’eau contaminée dans l’océan n’a fait qu’augmenter encore plus leur inquiétude. 

Pour rassurer l’opinion publique, Tokyo Electric Power Company Holdings Inc. a fait une déclaration le jeudi 22 octobre dernier. La compagnie a expliqué que les substances radioactives autres que le tritium contenues dans l’eau traitée ont été  réduites à des niveaux très inférieurs aux normes nationales. Ce serait d’après eux le résultat de travaux de clarification supplémentaires. Ils ont toutefois indiqué qu’aucun système de traitement ne pouvait éliminer le tritium.

D’après la société, le niveau des substances radioactives présentes dans l’eau avant le traitement était 2200 fois supérieur  aux normes nationales. L’utilisation du système ALPS a ainsi permis de descendre en-dessous du niveau critique. La compagnie a ajouté qu’elle allait continuer le processus de clarification secondaire pour que les niveaux en éléments radioactifs soient bien en-dessous des limites permises.  

Dans tous les cas, si la solution du rejet dans l’océan est finalement adoptée, il faudra encore attendre environ deux ans avant de pouvoir commencer. En effet, il faudra encore construire les infrastructures adéquates et également attendre l’évaluation du Nuclear Regulation Authority.

La dernière vidéo de la chaîne

Si vous aimez les produits tech, alors n’hésitez pas à nous rejoindre sur notre chaîne YouTube.

Le dernier test publié sur la chaîne, le test des Reno4 et Reno 4 Pro de Oppo

La Fredzone est également sur Google Actualités, pensez à vous abonner à notre flux !

Mots-clés écologie