La JAXA a récupéré l’échantillon de Ryugu

Après avoir passé deux années à orbiter autour de l’astéroïde Ryugu, la sonde spatiale Hayabusa 2 nous livre enfin un échantillon de ce bloc de roche spatial dont le diamètre est d’environ 1 km.

Découvert en 1999 par le programme LINEAR (Lincoln Near-Earth Asteroid Research), un projet qui a vu la participation de l’US Air Force, de la NASA et du laboratoire Lincoln du MIT, Ryugu est un astéroïde Apollon de type C. Après son lancement en 2014, la sonde spatiale japonaise Hayabusa 2 l’a rejoint en 2018 dans le but de nous aider à étudier sa composition. Dirigée par l’agence spatiale japonaise, la mission vient de franchir une étape importante.

Image d’un astéroïde // Frantisek Krejci – Pixabay.com

En effet, les scientifiques de la JAXA, en collaboration avec des astronomes australiens, ont réussi à ramener sur Terre un échantillon de Ryugu, rapportent nos confrères de Mashable.

Une capsule transportant un infime morceau de Ryugu

L’échantillon a été transporté à bord d’une capsule qui a récemment atterri à l’aide d’un parachute dans une région enclavée d’Australie. Dans un tweet datant du 6 décembre, la JAXA explique que le colis provenant de l’espace a été retrouvé facilement grâce à des ondes radio et une carte. Une fois la zone d’atterrissage repérée, un hélicoptère a été dépêché sur place pour le récupérer et le placer en lieu sûr, en l’occurrence dans un laboratoire.

Il faut savoir que cet échantillon est particulièrement petit. Il pèse à peine un gramme. Les scientifiques affirment néanmoins que c’est suffisant pour connaitre la composition de Ryugu et résoudre certaines énigmes au sujet de son origine. Grâce aux analyses qui seront effectuées en laboratoire en Australie, nous devrions donc bientôt en apprendre davantage sur cet astéroïde considéré comme potentiellement dangereux en raison de sa trajectoire qui passe suffisamment près de la Terre.

Une première dans l’histoire de l’astronomie

Comme le note Mashable, c’est la première fois que les scientifiques ont à leur disposition un échantillon d’astéroïde qui n’a pas été brûlé ou endommagé par la rentrée atmosphérique. En raison de cette particularité, en plus de donner la possibilité d’en savoir plus sur Ryugu, ce petit fragment devrait nous aider à mieux comprendre le processus de formation de la Terre. En ce qui concerne la sonde Hayabusa 2, elle se dirige actuellement vers un autre astéroïde.