Jay Y. Lee, le patron de Samsung condamné à cinq ans d’emprisonnement

Samsung est classé dans le top 10 des géants de l’électronique au niveau mondial avec un chiffre d’affaires s’élevant à plus de 178,6 milliards de dollars en 2017. Il a longtemps été un fabricant majeur de composants électroniques pour de gros clients comme Apple, Sony, HTC ou Nokia. Actuellement, il est surtout connu pour sa fabrication de téléphones mobiles, de smartphones et de tablettes.

Un événement risque cependant de noircir un peu le tableau. Jay Y. Lee, le patron actuel de la filiale coréenne vient en effet d’être condamné à cinq ans fermes d’emprisonnement. Il serait impliqué dans une affaire importante de corruption et de détournement de fonds.

Prison Selfie

Avec cette nouvelle, qu’adviendra-t-il donc de l’avenir de la société ? Quels impacts cette affaire engendrera-t-elle sur la production de la société ?

Le déroulement de l’affaire

Jay Y. Lee, l’hériter et l’actuel patron de 49 ans de Samsung Electronics a été arrêté le 17 février dernier par les autorités. Il a été accusé d’avoir donné 43 milliards de wons équivalant à 35 millions d’euros en pots-de-vin à Choi Soon-sil, une confidente de l’ancienne présidente Park.

Il a également été accusé d’un transfert non justifié d’actifs à l’étranger ainsi que de recel de gains illégaux, mais celui-ci a nié les faits depuis sa détention en février. Les juges avaient tout d’abord requis douze ans de prison à son encontre, mais cette peine a officiellement été réduite à cinq ans de prison.

L’état actuel de la société

Depuis la prononciation de ce verdict, l’action de Samsung a plongé de 11 %, mais les analystes restent tout de même optimistes. Même si le patron de la compagnie était en détention provisoire depuis de nombreux mois, les chiffres de la compagnie n’ont pas baissé pour autant.

Cela dit, d’après Chung Sun-Sup, directeur du site d’analyse chaebul.com, le processus décisionnel de l’entreprise pourrait être ralenti avec son héritier en prison pour cinq longues années. Les décisions clés de l’entreprise sont « souvent sanctionnées par le patriarche de la famille régnante. »

En tout cas, le grand public est toujours en attente des nouveaux produits de l’entreprise. Les bénéfices de la firme ne devraient donc pas chuter malgré cette mauvaise nouvelle.

Mots-clés justice