Jeff Bezos a un message pour les entrepreneurs

Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon, a quitté ses fonctions de PDG le mois dernier, après une carrière bien remplie. L’occasion de revenir sur l’un des conseils qu’il avait adressés aux entrepreneurs.

Jeff Bezos n’est pas né avec une cuillère en argent dans la bouche. Il est né le 12 janvier 1964 à Albuquerque, au Nouveau-Mexique, et alors même que ses parents étaient encore au lycée. Son père avait en effet 18 ans et sa mère, seulement 16 ans.

La photo d'un homme en train de travailler sur son Mac
Image par StartupStockPhotos de Pixabay

Abandonné par son père dès sa naissance, il a alors été élevé par sa mère. Une mère qui a rencontré plus tard un immigré cubain installé aux Etats-Unis, Miguel Bezos. Ils se sont mariés en 1968, alors que Jeff n’avait que quatre ans, et Miguel l’a ensuite adopté, lui donnant ainsi son nom.

Jeff Bezos, une histoire compliquée

Jeff a créé sa première entreprise alors qu’il se trouvait lui-même au lycée, et pendant un camp d’été pour enfants. Fasciné par l’informatique, il a ensuite passé un Bachelor of Arts and Science et il a travaillé pour plusieurs entreprises de Wall Street avant de fonder sa propre société.

En 1994, et après avoir appris que l’utilisation du web était en pleine expansion, à raison de + 2300 % par an, il a eu l’idée de créer une librairie en ligne avec des millions de titres disponibles. Amazon était né.

Par la suite, le site s’est pas mal diversifié, pour devenir ce qu’il est aujourd’hui, soit une gigantesque place de marché où l’on trouve une large variété de produits.

A lire aussi : Amazon a racheté la constellation de satellites de Facebook

Amazon, une première version financée grâce à ses parents

Ce que l’histoire ne dit pas, en revanche, c’est qu’il n’aurait jamais pu parvenir à ses fins sans le concours de ses parents. Ces derniers lui ont en effet prêté à l’époque 245 573 dollars pour lui permettre de lancer la première version d’Amazon.

Toujours est-il que Jeff Bezos est à ce jour l’un des hommes d’affaires les plus en vus – et les plus riches – du monde. Un homme d’affaires qui a cependant décidé de prendre un peu de recul sur son entreprise.

Le mois dernier, il a en effet annoncé quitter ses fonctions de PDG, afin de transmettre le flambeau. Une annonce qui a beaucoup surpris, mais qui a aussi été l’occasion pour beaucoup de rédactions de revenir sur les moments forts de sa carrière.

A lire aussi : Le film que vous devez absolument regarder sur Amazon Prime Vidéo

N’ayez pas peur de l’échec

Et en ce qui nous concerne, c’est surtout un conseil adressé aux entrepreneurs qui a retenu notre attention.

En 2019, Jeff Bezos a en effet participé à une conférence au cours de laquelle il est revenu sur son expérience en temps qu’entrepreneur. Expérience qui, comme nous venons de le voir, a été plutôt conséquente.

A cette occasion, l’homme d’affaires a ainsi conseillé aux entrepreneurs de ne pas hésiter à prendre des risques… et à accepter leurs échecs :

“Prenez des risques. Vous devez être prêt à prendre des risques. Si vous avez une idée d’entreprise sans risque, elle est probablement déjà exploitée. Vous devez avoir quelque chose qui pourrait ne pas fonctionner. Ce sera, à bien des égards, une expérience. Beaucoup de ces expériences échoueront, mais les “gros échecs” sont une partie nécessaire du chemin vers le succès.”

Jeff Bezos – Re:Mars Amazon (2019)

A lire aussi : Amazon vous propose 10 $ pour votre empreinte de main

La priorité, c’est le client

Un conseil intéressant, mais qui dénote aussi d’une vision très différente.

L’échec est en effet bien mieux toléré aux Etats-Unis qu’en France. A un point tel qu’il existe même des “failcons”, soit des conférences où interviennent des hommes d’affaires ayant connu d’importants échecs.

Un concept qui semble d’ailleurs vouloir s’exporter en France.

A noter que durant son intervention, Jeff Bezos avait également conseillé aux entrepreneurs de développer une obsession pour leurs clients. Tout en précisant que les satisfaire ne suffisait pas, et qu’il fallait les “ravir”.