Joe Biden s’en prend à Facebook, le réseau social lui répond

Jamais la défiance vis-à-vis des réseaux sociaux n’a été aussi grande. Ces plates-formes sont accusées de favoriser les ingérences politiques, notamment après le scandale Cambridge Analytica pour Facebook. Depuis, la société de Mark Zuckerberg tente de prendre des mesures contre la diffusion de fausses informations. Le réseau social aura notamment révélé censurer les publicités politiques soutenues par des États. Mais cela ne suffit pas à Joe Biden, candidat démocrate à la prochaine élection présidentielle contre Donald Trump. Dans une lettre ouverte, l’homme s’en est pris directement à Facebook.

Joe Biden invite notamment Facebook à jouer son rôle pour améliorer la démocratie, et non favoriser la désinformation.

Facebook a décidé de répondre à Joe Biden et sa lettre ouverte plutôt cinglante.

Facebook répond à la lettre cinglante de Joe Biden

Joe Biden a récemment réglé ses comptes avec Facebook, alors que plusieurs cadres tournent le dos à Mark Zuckerberg qui refuse de censurer les publications haineuses de Donald Trump. Dans sa lettre, le candidat démocrate explique que le réseau social doit jouer son rôle dans l’amélioration de la démocratie et ne pas laisser proliférer la désinformation qui porte préjudice aux élections. Mais pour Joe Biden, Facebook ne remplit pas son rôle et n’a pris aucune mesure, continuant “à laisser Donald Trump dire n’importe quoi, en le laissant payer pour que ses messages haineux touchent des millions d’Américains“.

Pour Joe Biden, Facebook doit éliminer rapidement la vague de désinformation qui gagne du terrain en vérifiant rapidement si ce qui est partagé est véridique. Le candidat démocrate demande également un contrôle renforcé des publicités politiques et beaucoup plus de transparence dans les règles. Joe Biden souhaite également que ces dernières soient appliquées à Donald Trump. Pour rappel, du côté de Twitter, un internaute s’était “amusé” à vérifier si l’actuel président des USA est bien au-dessus des règles.

Joe Biden, cinglant, assène que “Facebook deviendra un outil de désinformation qui porte préjudice à la démocratie” si rien n’est fait.

Dans sa réponse à Joe Biden, Facebook explique qu’une élection se tiendra en novembre et assure protéger le discours politique, même lorsque le réseau social est en désaccord. La société annonce également que “nous vivons en démocratie” et ne semble pas prête à jouer son rôle de contrôle. Une réponse qui va dans le sens des déclarations de Mark Zuckerberg, qui se refuse toujours à jouer l’arbitre et censurer les propos de politiciens jugés “problématiques“.