John Cena devrait être Duke Nukem dans l’adaptation cinématographique du jeu

Les producteurs de l’adaptation sur grand écran (à venir) de Duke Nukem ont bon espoir de convaincre John Cena de camper le Duke. En fait, le catcheur est confirmé aux dernières nouvelles, mais tout peut s’écrouler comme un château de cartes si le scénario ne lui plaît pas. Oh là là…

Plus tellement un projet improbable après l’officialisation d’un film Tetris, l’adaptation cinématographique de Duke Nukem verra bien le jour. Lors d’un entretien accordé à Cinema Blend, Andrew Form et Brad Fuller, les producteurs de ce long-métrage, ont indiqué vouloir s’inspirer de ce qui a été fait avec le film Deadpool.

“On travaille actuellement sur Duke Nukem. Il va s’agir de trouver le bon ton. De la manière de le définir de la même façon dont Deadpool a défini le sien. Je pense que nous devons faire ça, et si nous ne trouvons pas le juste ton, alors nous ne ferons pas le film”.

Le défi de trouver “le juste ton” pour le film Duke Nukem

Il restera aussi à trouver un acteur à même d’assurer le spectacle, et de rendre honneur à ce concentré de testostérone tel qu’il est apparu dans ses meilleurs épisodes vidéoludiques. Andrew Form a confirmé le nom du catcheur John Cena, tout en évoquant la possibilité que celui-ci change en cours de route :

“Ouais, c’est avec lui que l’on travaille en ce moment. On n’a pas encore de scénario, alors on peut dire qu’il est confirmé jusqu’à maintenant, mais que s’il lit le scénario et ne l’aime pas, je suis sûr qu’il y aura moyen pour lui de se retirer; mais là maintenant, c’est notre gars”.

On saisira l’occasion au vol pour s’intéresser à la misogynie supposée de Duke Nukem. Car si elle peut apparaître évidente de loin, la réalité des faits ne révèle pas forcément la même chose. Ainsi, un article de GameSpot daté de 2011 affirmait dès son titre que “Duke Nukem Forever n'[était] pas sexiste”. Notamment de par la nature du contexte dans lequel le personnage évolue : la manière dont il est dépeint n’est pas réaliste, et le Duke “n’épargne personne sauf lui-même” dans ses relations avec autrui.

Il sera toutefois quelque peu compliqué de servir la même chanson à une toute autre échelle et dans une ère où l’on se sent à étiqueter un peu tout et n’importe quoi d'”écart”.

Mots-clés duke nukemjohn cena