John Shepherd, l’homme qui a tenté de contacter les extraterrestres avec de la musique

Les chercheurs chevronnés déploient des moyens colossaux pour trouver des formes de vie extraterrestre. John Shepherd, quant à lui, s’est contenté d’utiliser de la musique pour tenter d’entrer en contact avec ces petits hommes verts. Pendant près de 30 ans, cet américain vivant au Michigan (États-Unis) a envoyé sa playlist dans l’espace via un système de radiodiffusion de sa propre création.

L’histoire de ce personnage atypique a attiré Netflix. Le 6 août 2020, la célèbre plateforme de streaming a diffusé un documentaire intitulé « John Was Trying to Contact Aliens » (L’homme qui voulait contacter les extraterrestres) d’une vingtaine de minutes.

Crédits Pixabay

Ce documentaire revient sur le destin de cet homme qui a voué sa vie à la recherche des extraterrestres entre 1971 et 1998.

John Shepherd, un génie incompris ?

À travers les images dévoilées par Netflix, on découvre un homme passionné par la science et qui montre de grandes habiletés pour le DIY (Do-It-Yourself). En effet, John Shepherd a fait avec les moyens du bord pour concevoir le dispositif qui lui a permis d’envoyer de la musique vers l’espace.

Son projet, baptisé STRAT, a vu le jour dans son salon. Par la suite, il s’est installé dans un local situé sur la propriété de ses grands-parents avec toutes ses machines. Tous les jours, John Shepherd a diffusé de la musique pendant 6 à 8 heures pour essayer d’établir un contact avec des extraterrestres.

À lire aussi : Ce drôle d’appareil nous permettra peut-être de découvrir une vie extraterrestre

Il nous dévoile sa playlist

On ignore si les appareils conçus par John Shepherd ont vraiment été efficaces où s’il s’agit juste de machines qui ont entretenu son rêve. En tout cas, ce dernier s’en est servi pendant des années pour jouer les animateurs radio et diffuser une playlist très éclectique qui aurait pu, selon lui, attirer l’attention des extraterrestres.

La playlist de John Shepherd était composée de morceaux appartenant à plusieurs genres musicaux, allant du jazz, au krautrock en passant par l’afrobeat. Il a cité des artistes comme Fela Kuti, Kratwerk, Tangerine Dream ou encore CAN. Malheureusement pour John Shepherd, les extraterrestres n’ont pas été sensibles à sa playlist.

Le documentaire de Netflix se concentre également sur son enfance et notamment sur la difficulté qu’il a eue à assumer son homosexualité au Michigan. John Shepherd a dû arrêter son projet en raison du coût élevé de l’entretien de ses appareils.

Mots-clés extraterrestres