JoJo’s Bizarre Adventure Last Survivor : Bandai Namco offre une longue vidéo de gameplay

Annoncé il y a près d’un an pour une disponibilité attendue pour intervenir cet hiver dans les salles d’arcade nippones, JoJo’s Bizarre Adventure: Last Survivor s’est récemment découvert via une vidéo de gameplay d’une vingtaine de minutes. Celle-ci se concentre sur le personnage de Jôtarô Kujô.

Les fans de JoJo’s Bizarre Adventure, après avoir été relativement gâtés jusqu’au milieu des années 2000, pensaient avoir trouvé avec All Star Battle (PS3) l’ultime adaptation vidéoludique du manga. Seulement, au-delà d’un visuel saisissant et d’un gameplay ciselé, le jeu avait globalement désappointé, notamment de par un mode histoire bâclé.

crédit YouTube

L’adaptation suivante, Eyes of Heaven (PS3 et PS4), n’avait pas capitalisé sur la réussite de la précédente en optant ainsi pour du combat en arène. Certes, par définition, les fans mangent à tous les râteliers. On parlera alors plutôt d'”admirateurs déçus” pour qualifier ceux qui ont alors commencé à abandonner l’idée d’un jeu JoJo ultime.

JoJo’s Bizarre Adventure Last Survivor : pour du battle royale, du Last Stand alors ?

Bandai Namco ne s’est toutefois pas arrêté là et, en décembre 2018, a annoncé JoJo’s Bizarre Adventure: Last Survivor pour les salles d’arcade. Précision notable, le logo du jeu mentionne une adaptation tirée de la série animée. Il va s’agir d’un battle royale allant se découvrir cet hiver au Japon, et il y a quelques jours, son éditeur a diffusé une vidéo de gameplay se concentrant sur le personnage de Jôtarô Kujô. Au total, dix seront sélectionnables, et ils sont issus des arcs 3 à 5. N’espérez cependant pas incarner Jonathan Joestar à un quelconque moment emblématique de sa vie.

L’action prendra place dans la ville de Morioh dépeinte dans l’arc “Diamond is Unbreakable”. Chaque partie, avait rapporté Gematsu, comportera un minimum de 21 participants (le joueur et des “Assassins d’Arby” ayant l’apparence des avatars des joueurs) et un maximum de 40.

Les “bots” n’offrant qu’une résistance toute relative, il sera facile de livrer bataille à de véritables joueurs humains. Dans un cas comme dans l’autre, une victoire permettra de récolter des “Pièces D’Âme” indispensables pour monter de niveau (six au maximum) et acquérir de nouvelles capacités.

À défaut d’être ce que le public féru de l’œuvre de Hirohiko Araki souhaiterait manipuler, cette copie japonisante de PUBG apparaît plutôt propre. C’est déjà ça de pris.