Joker : retour sur un personnage complexe, fascinant et haut en couleur

Fan de super héros ou pas, vous avez sûrement déjà entendu parler du Joker, la Némésis de Batman. Le personnage fait partie des méchants DC les plus connus, et pour cause : il est doté d’une personnalité complexe qui fascine et rebute à la fois le public. Aujourd’hui, on peut affirmer que le Joker et son inquiétant sourire font partie intégrante de la pop culture.

Oui, mais qui est-il ? Pourquoi le personnage est si populaire ? C’est ce que nous allons découvrir ensemble.

Tout a commencé en 1940

Le personnage du Joker voit le jour en 1940, sous la plume et le crayon de Jerry Robinson, Bill Finger et Bob Kane. Le trio s’est inspiré du visage du protagoniste du film l’« Homme qui rit » de Paul Leni (sortie 1928) pour imaginer les traits et le large sourire aujourd’hui légendaires du personnage.

Le Joker fait sa première apparition dans le tout premier numéro consacré aux aventures solos de Batman. Si à l’origine, le personnage devait y mourir, les gros bonnets de DC ont finalement changé d’avis et décidé de faire de lui le pire ennemi du Dark Night.

Depuis, le Joker est devenu LA Némésis de l’Homme Chauve-souris. Si le personnage a beaucoup évolué au cours des huit dernières décennies, sa personnalité reste plus ou moins la même : le Joker est un être complètement fou, manipulateur et psychopathe qui se délecte de la souffrance des autres, et n’aspire qu’à les faire sombrer dans la folie. Dépourvu de toute morale et éthique, il adore provoquer le chaos autour de lui, juste pour le plaisir, et non pour le pouvoir ou l’argent.

Joker, des origines qui restent floues et mystérieuses

Si le Joker passionne autant, c’est aussi pour son passé très mystérieux. En effet au fil des ans, plusieurs biographies fictives du personnage ont été présentées aux lecteurs et téléspectateurs, mais aucune ne semble vraiment sérieuse, et c’est clairement voulu. Le Joker lui-même se fait d’ailleurs un malin plaisir de changer de version à chaque fois qu’il raconte son « histoire ».

Néanmoins, une des origines du Joker les plus connues s’agit de son grand plongeon dans une grande cuve d’acide lors d’un affrontement contre Batman, alors qu’il n’était encore qu’un simple truand. C’est cet accident qui expliquerait son physique si particulier (la peau blanche, les cheveux verts et le grand sourire), mais surtout sa folie légendaire, ainsi que son obsession malsaine pour le Dark Night.

Un personnage qui fascine le public

Le Joker est un personnage clairement dérangé qui aime faire le mal juste pour le plaisir et qui s’est fixé pour but de rendre le monde à son image : c’est-à-dire complètement fou. Pourtant, le public l’adore et l’a d’ailleurs placé au rang de « meilleur méchant de bandes dessinées ».

Si le Joker est parvenu à attiser autant l’intérêt du public, c’est justement pour sa « monstruosité intérieure » qui résulte de problèmes psychologiques et non de quelconques super pouvoirs. Le personnage n’en possède d’ailleurs pas, et c’est pourtant ce qui fait sa force et le rend si dangereux. Sa folie, combinée à une grande intelligence ainsi qu’à de grands talents manipulateurs, suffisent pour en faire un ennemi redoutable, une tare dont Batman n’est jamais parvenu à se défaire.

C’est également cette absence de super pouvoirs qui fascine et passionne autant chez le Joker. Elle démontre en effet que des monstres peuvent se cacher parmi nous, et même EN NOUS, sans l’intervention de la magie ou d’entité extraterrestre. D’autres versions de l’histoire du Joker (souvent celles présentées dans les films) présentent même la société comme responsable de sa démence. Cette origine est particulièrement exploitée et mise en avant dans « Joker », le tout premier film solo consacré au personnage, mais on y reviendra plus tard.

Joker et Batman : les deux facettes d’une même pièce ?

Impossible de parler du Joker sans essayer de décortiquer le lien étrange qui le lie à Batman. Il s’agit d’une relation complexe : l’étrange duo est en effet souvent comparé aux deux faces d’une même pièce, deux êtres que tout oppose, mais qui ont besoin l’un de l’autre pour « exister ». Eh oui, que serait Batman sans un ennemi juré ? Un adversaire à sa taille ?

Il s’agit d’un rôle que le Joker remplit à la perfection, car en plus d’être un véritable génie du crime, le Joker nourrit également une fascination malsaine pour le Dark Night. Souvent, il lui arrive même de provoquer le chaos, rien que pour faire sortir l’Homme Chauve-souris de sa « grotte ».

Le Joker est un ennemi d’autant plus redoutable qu’il fait partie des rares personnes à être parvenues à cerner la psychologie et les faiblesses de Batman. Et il ne s’en prive d’ailleurs pas pour utiliser cet avantage contre son vieil ennemi, en s’en prenant à ses proches plutôt qu’à lui : c’est ainsi avec beaucoup de plaisir que le Joker a rendu Batgirl paraplégique en lui tirant intentionnellement dessus, ou qu’il a tué Jason Todd, le deuxième Robin et jeune protégé de Batman.

À son apogée dans « Joker » avec Joaquin Phoenix

En tant qu’ennemi juré de Batman, le Joker est apparu dans la plupart des films consacrés au ténébreux héros. La fascination pour le personnage gagne le public suite aux films « Batman » de Tim Burton (1989) et « The Dark Night : Le Chevalier Noir » de Christopher Nolan (2008) durant lesquels le personnage a été respectivement interprété par Jack Nicholson et Heath Ledger.

Ce n’est qu’en octobre 2019 que le super vilain a enfin droit à un film solo rien que pour lui (sans Batman), un film qui retrace ses origines en tant que Joker. Contre toute attente, le long métrage, signé Todd Philips, est un véritable succès au box-office mondial, avec plus de 500 millions de dollars de recettes après seulement deux week-ends d’exploitation en salles.

Le film a reçu des critiques élogieuses de la part des médias, mais aussi du public qui le trouve à la fois « authentique » et reflétant parfaitement le profond mal-être qui ronge la société actuelle. Les critiques ont également salué les performances de Joaquin Phoenix pour son interprétation juste de celui qui deviendra le Joker, un humoriste raté qui sombre peu à peu dans le meurtre et la folie.

Pour ceux qui n’ont pas encore vu le film, « Joker » est diffusé dans les salles obscures depuis le 4 octobre dernier. Les rumeurs courent que Warner Bros envisagerait de produire une suite, comme quoi, le Joker n’a pas fini de crever l’écran !

Mots-clés joker