Julian Assange toujours bloqué à Londres malgré la naturalisation de l’Equateur

L’affaire Julian Assange semble prendre une nouvelle dimension, mais l’informaticien et cybermilitant australien n’est toujours pas tiré d’affaire. La ministre équatorienne des Affaires étrangères et de la Mobilité humaine, Maria Fernanda Espinosa a annoncé, jeudi 11 janvier 2018, que la demande de naturalisation faite par Julian Assange le 16 septembre 2017 a été acceptée. En revanche, le statut d’agent diplomatique lui a été refusé.

Réfugié à Londres, dans les locaux de l’ambassade de l’Équateur, depuis le 19 juin 2012, Julian Assange, le créateur australien de WikiLeaks, vient d’obtenir la nationalité équatorienne. Selon la ministre équatorienne María Fernanda Espinosa, sa naturalisation a été accordée le mardi 12 décembre 2017.

Julian Assange

Sur son compte Twitter, Julian Assange a posté, le mercredi 10 janvier 2018, une photo de lui vêtu d’un maillot de l’équipe de football équatorienne.

Une protection supplémentaire

Julian Assange est poursuivi par la police judiciaire suédoise et américaine depuis 5 ans. Pour y échapper, il s’est alors réfugié dans l’ambassade londonienne de l’Équateur. D’après la déclaration de María Fernanda Espinosa, « Ce que la naturalisation apporte au demandeur d’asile est une autre couche de protection. »

Juste après la naturalisation de l’Équateur, une demande a été adressée aux autorités britanniques pour qu’ils acceptent un statut de personnel consulaire pour Julian Assange. Londres a refusé la demande alors que cela lui aurait permis de quitter l’ambassade londonienne de l’Équateur sans se faire arrêter.

Un nouveau statut qui ne l’écarte pas des poursuites judiciaires

Comme Julian Assange n’a pas obtenu un statut diplomatique, il ne pourra pas passer au travers des charges à son encontre. La naturalisation de l’Équateur ne change pas totalement sa situation.

Si le créateur de WikiLeaks venait donc à quitter l’enceinte diplomatique, les autorités britanniques seront en droit de l’arrêter. Maria Fernanda Espinosa a rajouté que « Même s’il a deux ou trois nationalités, le Royaume-Uni poursuivra ses efforts à son encontre. »

Pour les autorités britanniques, Julian Assange a violé les conditions de sa libération conditionnelle en décidant d’élire domicile à l’ambassade londonienne de l’Équateur. Elles lui demandent alors de se rendre.

La situation évolue donc pour l’informaticien, la prochaine étape serait donc la possibilité de sortir de l’ambassade de l’Équateur à Londres avec une immunité diplomatique.