Juno a découvert de puissants cyclones au niveau des pôles de Jupiter

Les nouvelles données de la sonde spatiale de la NASA, Juno, actuellement en orbite autour de Jupiter, ont révélé que la plus grande planète de notre système solaire se comporte différemment de la Terre, aussi bien à l’intérieur qu’en dessous de sa haute atmosphère.

Les données de ses 10 premiers passages au-dessus de la planète ont révélé quatre découvertes sur la structure intérieure de Jupiter, son atmosphère et son champ de gravité, qui ont surpris les scientifiques.

Impact Jupiter

1. Des séries de cyclones aux pôles de Jupiter

Juno a révélé que les modèles atmosphériques de Jupiter changent aux deux pôles, en particulier lorsqu’ils sont observés avec la lumière infrarouge. Dans le nord, un cyclone polaire central est entouré de huit autres cyclones distincts. Au sud, Jupiter a également une tempête polaire entourée par cinq tempêtes distinctes formant un pentagone. Les tempêtes polaires et circumpolaires de Jupiter ont un diamètre de 4 000 à 7 000 kilomètres et sont tellement serrées dans leurs amas que leurs bras spiraux semblables à des ouragans se touchent.

C’est là que survient une autre surprise : les cyclones adjacents se touchent sans jamais fusionner, phénomène jamais vu auparavant. Les neuf tempêtes septentrionales et les six tempêtes méridionales sont restées séparées tout au long des observations de Juno. Sur Terre, les ouragans qui se touchent fusionnent souvent en quelques jours ou quelques semaines; ceux de Jupiter sont restés séparés pendant au moins 7 mois.

2. Un champ de gravité asymétrique

Les surprises de Jupiter ne se limitent pas seulement à sa surface. Le géant gazeux a également des profondeurs cachées que Juno découvre peu à peu. On sait maintenant que la gravité de Jupiter est asymétrique. Pourtant, les scientifiques ont longtemps pensé que Jupiter produisait un champ de gravité grossièrement sphérique et symétrique dans toutes les directions. Mais, Juno a mesuré un champ de gravité formé différemment dans l’hémisphère nord et dans l’hémisphère sud.

3. Des rayures profondément organisées

Une autre découverte surprenante des données de gravité de Juno est que les rayures de la planète s’étendent bien plus profondément dans l’atmosphère que prévu. Elles atteignent près de 3 000 kilomètres sous les nuages ​​et représentent environ 1% de la masse totale de Jupiter, ont découvert les chercheurs. En comparaison, l’atmosphère terrestre contient moins d’un millionième de la masse totale de notre planète.

4. En rotation comme une planète solide

L’équipe a constaté pour terminer que le reste de la planète tourne comme s’il s’agissait d’un objet solide d’un pôle à l’autre, largement non affecté par les jets de gaz qui se produisent de façon alternée à la surface.

Mots-clés junojupiter