Voilà ce qui manquait à Jupiter pour se transformer en étoile

La planète Jupiter est bien connue pour être la plus grosse planète de notre système solaire. Elle est tellement énorme qu’il existe même des étoiles qui sont plus petites qu’elle. Par exemple, la plus petite étoile connue de notre galaxie s’appelle EBLM J0555-57Ab et elle possède un rayon moyen de 59 000 km, c’est-à-dire qu’elle est juste un peu plus grande que Saturne et est plus petite que Jupiter qui a un rayon moyen de 69 911 km.

Malgré sa taille inférieure à celle de Jupiter, la naine rouge, qui se trouve à 600 années-lumière de la Terre, est le siège d’une réaction de fusion de l’hydrogène au niveau de son noyau, un processus qui a lieu au sein des étoiles jusqu’à ce que celles-ci consomment tout leur carburant. On peut ainsi se demander pourquoi la planète Jupiter, avec sa taille, est une planète et non pas une étoile.

Crédits Pixabay

D’après les scientifiques, la réponse à cette question est simple. Jupiter ne possède pas assez de masse pour enclencher la réaction de fusion, c’est-à-dire pour faire fusionner les atomes d’hydrogène en hélium. L’on sait qu’EBLM J0555-57Ab, même petite par la taille, a une masse 85 fois supérieure à celle de Jupiter.

Loin d’être une étoile

Jupiter est parfois appelée une étoile ratée. Mais la planète est-elle vraiment proche d’être une étoile ?

La première différence entre une planète et une étoile se situe au niveau du processus de formation. Les étoiles naissent lorsqu’une quantité de matériau dans un nuage moléculaire interstellaire s’effondre à cause de la gravité. Au cours de ce phénomène, la matière effondrée attire encore plus de matériau et forme un disque d’accrétion stellaire. Au centre, la masse et la force de gravité augmentent de plus en plus, ce qui fait que le noyau est de plus en plus comprimé et la température ne cesse d’augmenter. A un certain point, la réaction de fusion nucléaire est enclenchée.

D’après ce que l’on sait, lorsque l’étoile a fini d’absorber du matériel, une grande partie du disque d’accrétion reste tout autour d’elle, et c’est à partir de ces restes que les planètes se forment. Les scientifiques pensent ainsi que la formation des géantes gazeuses comme Jupiter commence lorsque des petits morceaux de roches glacées et de la poussière se mettent à s’agglutiner en orbite autour de l’étoile grâce à l’électricité statique. A un certain point, le tas est assez  large et possède une masse assez grande de l’ordre de 10 masses terrestres pour attirer de plus en plus de gaz. Pour Jupiter, la croissance a atteint les 318 masses terrestres et a attiré tout le gaz qui était disponible. Cette masse n’a toutefois pas été suffisante pour enclencher la fusion de l’hydrogène.

Ainsi, Jupiter n’est pas vraiment une étoile ratée, contrairement aux naines brunes qui sont des objets cosmiques se trouvant à mi-chemin entre les planètes et les étoiles. Les naines brunes se forment comme les étoiles normales, mais leur masse n’est pas suffisante pour faire partir la réaction thermonucléaire.

Similaire au Soleil ?

Même si elle n’est pas une étoile, Jupiter reste quand même un poids lourd dans le système solaire. Sa masse est en effet 2,5 fois supérieure à celle de toutes les autres planètes combinées. Là où la géante gazeuse fait défaut, c’est au niveau de la densité. Sa densité est de 1,33 g/ cm3 tandis que celle de la Terre est de 5,51 g/ cm3.

Jupiter possède aussi quelques similarités avec le Soleil. Concernant la densité, celle de notre étoile est de 1,41 g/ cm3, une valeur assez proche de celle de la géante gazeuse. Au niveau de la composition, les deux objets sont aussi presque semblables. Par rapport à la masse, le Soleil est constitué de 71 % d’hydrogène et de 27 % d’hélium et de certaines traces d’autres éléments chimiques. De son côté, Jupiter, par rapport à sa masse, est constituée de 73 % d’hydrogène et de 24 % d’hélium.

Ainsi, on peut dire que Jupiter, depuis le début, n’aurait pas pu devenir une étoile. La planète géante n’en reste pas moins une curiosité qui n’a pas encore fini de nous révéler ses secrets.

Mots-clés jupiter