Jusqu’à 5 ans de prison et 250 000 $ d’amende pour avoir tenté de saboter une usine de batteries de Tesla

L’année dernière, en juillet plus précisément, Tesla a failli être victime d’un piratage informatique. En effet, la firme a été la cible d’un hacker russe. Fort heureusement, grâce à la coopération d’un employé de Tesla, que le hacker a tenté de soudoyer, la tentative de cyberattaque n’a pas abouti.

Et récemment, le pirate informatique russe, qui répond au nom d‘Egor Igorevich Kriuchkov, en détention depuis août 2020, a finalement reconnu les faits. Pour information, ce dernier risque jusqu’à 5 ans d’emprisonnement et une amende s’élevant à 250 000 $.

Crédits Pixabay

Kriuchkov et ses compères ont en effet eu dans leur ligne de mire une des usines de fabrication de batteries de la firme Tesla. Pour rappel, l’un des salariés de l’usine visée a refusé une somme faramineuse, et a plutôt préféré aider le FBI afin de déjouer la tentative de Kriuchkov et de ses complices.

Kriuchkov voulait prendre le contrôle d’une usine de batteries

Selon les informations partagées, muni d’un visa de tourisme, le hacker russe, âgé 27 ans, est arrivé aux États-Unis fin juillet 2020. Kriuchkov est alors entré en contact avec le salarié de Tesla par l’intermédiaire d’une connaissance en commun. Après s’être entretenu à maintes reprises avec l’employé, Egor Igorevich Kriuchkov lui proposa enfin un deal.

Pour la somme d’un million de dollars, payable en Bitcoin ou en espèce, cet employé devait installer un rançongiciel dans le réseau informatique d’une usine de batterie de Tesla situé au Nevada (États-Unis). Seule une clé logicielle, détenue par Kriuchkov et son équipe, aurait pu régler le problème.

Selon Brett Callow, analyste en cybersécurité, les malfaiteurs voulaient probablement voler des secrets commerciaux. Mais contre toute attente, ce salarié a refusé l’offre et a averti le FBI. Ce qui a conduit à l’arrestation d’Egor Igorevich Kriuchkov.

Avec un autre employé, la tentative de Kriuchkov aurait marché

En plaidant coupable, ce hacker risque maintenant jusqu’à 5 ans de prison et une amende particulièrement salée pour cette cyberattaque manquée.

Il faut toutefois préciser que d’autres employés de Tesla ont déjà été liés à des affaires de sabotage interne ou d’espionnage. Toutefois, c’est la première fois que l’un d’entre eux a choisi le droit chemin.

En effet, il y a 2 ans, un salarié a reconnu avoir essayé de voler un code source de l’option de pilotage automatique de Tesla et selon les informations, ce dernier avait l’intention de le revendre à des Chinois. Et en 2020, un autre employé a tenté de saboter une usine de la firme, sise cette fois en Californie.

Force est de constater qu’au cours de cette cyberattaque ratée, Kriuchkov est tombé sur la mauvaise personne. Elon Musk, le PDG de Tesla, n’a d’ailleurs pas manqué de remercier cet employé modèle, par le biais d’un tweet.