“Kaamelott – Premier volet” : pour les fans, les autres et ceux “qui aiment les trucs touffus”

En attendant la sortie de Kaamelott – Premier volet d’ici quelques mois, Alexandre Astier a accepté de parler davantage de son bébé. Pas d’inquiétude à avoir pour les futurs spectateurs désireux d’avoir la pleine surprise du spectacle : son réalisateur ne divulgâche rien dans ce sens.

Il est à espérer, pour la santé du cinéma français, que celle-ci n’attende pas la sortie de Kaamelott – Premier volet pour retrouver des couleurs. Pour rappel, le film était prévu pour sortir en salle en juillet dernier, mais au vu des évènements sanitaires observés, il avait été décidé en mars de le repousser jusqu’au 25 novembre prochain.

crédit YouTube

C’est dans l’édition de septembre du magazine Première qu’Alexandre Astier a accepté de raconter les contours du long-métrage. Des confidences dont quantité nous sont rapportées par AlloCiné, qui rassure bien son lectorat fan de Kaamelott en soulignant ainsi qu’aucun élément sensible du film ne sera dévoilé ici.

Le film Kaamelott “déplaira peut-être” selon son réalisateur

Pour commencer, si la dernière saison en date de Kaamelott vous semble bien loin, Alexandre Astier a pris soin de prendre en compte la décennie s’étant écoulée depuis le dernier épisode diffusé de la série :

“Ce que j’ai fait en tant qu’auteur, c’est que j’ai écrit cette suite en prenant en compte les dix années depuis l’arrêt de la série. Et ça, ça permet au spectateur de raccrocher. […] C’est pas un reboot, mais il y a quand même une renaissance. Une petite odeur de neuf. Les personnages ont changé.”

Le réalisateur entend d’ailleurs proposer davantage qu’un divertissement tout simplement drôle :

“Il remue le film. Il déplaira peut-être, mais c’est feuillu. C’est chargé. En revanche, je ne vais pas vous dire : ‘C’est rigolo, c’est fun”, parce que c’est mieux que ça’. “Ce film est pour les gens qui aiment les trucs touffus”.

Et s’il s’attend à ce que la réception des spectateurs ne soit pas forcément celle attendue, c’est parce qu’Alexandre Astier, qui sera également présent en tant qu’acteur, ne cherche pas en premier lieu à satisfaire l’autre partie :

“Je ne fais pas du fan service. Si vous me demandez trois fois de faire du rouge, je ferais du bleu […], c’est pas vous qui racontez, c’est moi. Donc je m’autorise à vous déplaire. Ça fait partie du deal. Je signe et je fais ce que je veux. C’est ça mon boulot, pas de vous convenir.”

Pour ne pas se priver du public néophyte de l’œuvre originale, le réalisateur a pris soin de monter cette adaptation sur grand écran sans abuser de la private joke :

“Je pense que [le Premier volet] est visible par tout le monde” […] J’ai même fait gaffe à ce qu’il le soit. Celui qui ne connaît rien à la série va pouvoir se raccrocher à l’histoire : celle d’un roi qui revient. […] Après, celui qui s’est bouffé la série va mieux en profiter, forcément, il va remarquer tous les détails que j’ai semé dedans.”

À dans trois mois donc.

Mots-clés kaamelott