Kepler sera bientôt à court de carburant

Kepler nous a offert un autre regard sur l’Univers et sur les différents systèmes stellaires peuplant notre galaxie. La carrière du télescope touche cependant à sa fin. La NASA a en effet révélé que l’appareil sera à court de carburant dans quelques mois et il risque ainsi de cesser de fonctionner à la fin de l’année.

Kepler n’est pas un appareil ordinaire. Il a en effet été développé pour nous aider à repérer et à cataloguer les exoplanètes en nous appuyant sur la méthode des transits, une méthode consistant grossièrement à étudier les variations lumineuses des étoiles pour déterminer si des planètes se trouvent dans leur orbite.

Kepler-80

Imposant, l’appareil pèse un peu plus d’une tonne et il est équipé d’un télescope offrant un diamètre de 0,98 mètre couplé à un capteur d’environ quatre-vingt-quinze millions de pixels.

Kepler, une vie bien remplie

Kepler a quitté notre planète le 7 mars 2009, mais il a été très vite confronté à une panne située au niveau de deux de ses volants d’inertie. En dépit de ce dysfonctionnement, il nous a tout de même permis de découvrir des dizaines d’exoplanètes différentes au cours de ces dernières années.

À la base, le télescope était censé être démantelé en 2012, mais la NASA a choisi d’étendre la durée de la mission de plusieurs années afin de laisser le temps à ses chercheurs de traiter l’important volume de données généré par l’ordinateur de bord.

Kepler n’était pas un télescope spatial tout à fait comme les autres et il disposait ainsi du plus grand miroir jamais fabriqué pour un appareil de ce type, un miroir lui conférant un champ d’observation de 105 degrés. Derrière, on trouvait aussi un plan focal composé de quarante-deux capteurs CCD offrant chacun une résolution de 2200 x 1024, pour un total de très exactement 95 mégapixels.

Les réserves de carburant s’amenuisent

Depuis, bien sûr, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts et la NASA a ainsi commencé à travailler sur un autre télescope spatial encore plus abouti, le fameux James Webb Telescope. Le chantier avance d’ailleurs à bon train et les derniers tests ont ainsi été un succès. Toutefois, l’agence spatiale a pris la décision de repousser son lancement de quelques mois. Initialement prévu pour le mois d’octobre 2018, le lancement de l’appareil aura donc lieu au printemps 2019.

Et c’est une bonne chose, car Kepler se trouve pour sa part en fin de vie. D’après la NASA, le télescope serait en effet en train d’épuiser ses dernières réserves de carburant et il devrait donc se retrouver à sec à la fin de l’année. À partir de ce moment, il ne sera plus en mesure de remplir sa mission.

Il faut tout de même signaler que Kepler n’intègre pas de jauge de carburant, et les experts de l’agence se sont ainsi basés sur le fonctionnement du télescope pour en venir à cette conclusion.

Il s’agit donc principalement d’une estimation.

Mots-clés espacekeplerNASA