Key Lime Pie serait bien le nom de code d’Android 5

Apple Pie, Banana Bread, Cupcake, Donut, Éclair, Froyo (Frozen Yogourt), Gingerbread, Honeycomb, Ice Cream Sandwich et enfin Jelly Bean. Tous ces noms, ou seulement certains, devraient vous dire quelque chose : il s’agit des noms de code des précédentes versions d’Android, le système d’exploitation mobile open-source de Google qu’on ne présente plus. Toutes les versions depuis Cupcake ont également un point commun en plus, à savoir le fait qu’elles sont présentes sur un certain dessin, l’œuvre d’un homme qui n’est pas n’importe qui puisqu’il s’agit de Manu Cornet, un employé de Google qui a donc posté ce dessin sur son compte Google+, « juste pour le fun » a-t-il dit.

Sauf que l’histoire ne s’arrête pas là. En effet, depuis Cupcake, nous en sommes à, elle inclue, 8 noms de code différents et le dessin en question en comporte 9. Autrement dit, la prochaine version d’Android y est représentée et c’est bien pour ça que ce dessin fait du bruit, venant d’un employé de Google.

L'évolution d'Android

Comme vous pouvez le constater sur la copie de ce dessin juste au-dessus de ces lignes, chaque nom de code est représenté par un aliment, une sucrerie bien spécifique mangée par un androïde. Nous avons donc là 9 androïdes qui se suivent, rappelant le fameux schéma de l’évolution de l’homme depuis le singe. Et tandis que les deux premières versions d’Android, à savoir Apple Pie et Banana Bread, ont été oubliées par Manu Cornet, le dernier androïde en bout de ligne intrigue.

Car ce dernier mange une tarte au citron vert, un dessert qui n’a pas encore eu le privilège d’incarner le symbole d’une version d’Android. Key Lime Pie, ce serait donc le nom de cette prochaine version selon ce dessin, un nom dont on pensait déjà qu’il serait celui d’Android 4.2 avant de constater que cette dernière conservait le nom Jelly Bean. Alors attention cependant, en plus d’avoir fait ça pour s’amuser, Manu Cornet ne fait pas partie de l’équipe chargée du développement d’Android mais de celle qui s’occupe de Gmail : il faut donc envisager le fait que ce dessin ne veule rien dire du tout.

Via