KIC 8462852 : le mystère enfin résolu ?

KIC 8462852 fascine les astronomes depuis plusieurs années maintenant en raison de ses étranges et mystérieux obscurcissements. Après une étude de longue haleine et de nombreuses simulations, des chercheurs pensent avoir trouvé une explication au phénomène. Elle n’a aucun lien direct ou indirect avec l’éventuelle présence d’extraterrestres.

Cette étoile se trouve dans la constellation du Cygne, à environ mille années-lumière de notre propre système.

KIC 8462852

En 2015, en l’observant, des chercheurs ont relevé d’importantes et inexplicables fluctuations de sa luminosité.

KIC 8462852, l’étoile de tous les fantasmes

Pour commencer, ils ont cru que le phénomène était provoqué par le passage d’une planète dans son orbite. Toutefois, en examinant les relevés effectués par nos instruments durant ces dernières années, ils ont découvert que ces obscurcissements n’étaient pas périodiques.

Pire, ils étaient bien trop importants pour être provoqués par une simple planète. Très vite, certains astronomes ont commencé à évoquer la possible présence d’une sphère de Dyson dans son orbite.

Évoquée pour la toute première fois par Freeman Dyson au début des années 60, cette fameuse sphère fait en réalité référence à une structure artificielle capable de pomper l’énergie d’une étoile. Pour lui, il s’agissait en effet du seul moyen pour une civilisation technologiquement avancée de trouver suffisamment d’énergie pour alimenter son industrie et faire face à sa croissance démographique.

KIC 8462852 s’est alors retrouvée au cœur d’un véritable débat scientifique.

D’autres théories ont été formulées par la suite. La NASA a ainsi croisé les données de Kepler avec celles de Spitzer afin d’étudier la zone et l’agence a alors détecté la présence de comètes dans la région. Elle a donc supposé que ces obscurcissements étaient provoqués par leur passage entre l’étoile et nos instruments. Cette théorie n’a cependant pas fait l’unanimité une fois encore et un chercheur de l’Université de Louisiane en est ainsi venu à la conclusion que de simples comètes ne pouvaient pas provoquer de telles variations de luminosité.

Pas à moins de faire partie d’un essaim composé au minimum de 648 000 comètes dotées d’un diamètre de deux cents kilomètres chacune.

Une gigantesque planète à l’origine des obscurcissements ?

Pour ne rien arranger, deux chercheurs ont découvert que KIC 8462852 avait perdu environ 1 % de sa luminosité totale durant les trois premières années de son observation avant de connaître une nouvelle baisse de 2 % dans les six mois suivants.

Dans une autre étude, des chercheurs travaillant pour l’Université de l’Illinois ont fini par en venir à la conclusion que ces variations pouvaient être causées par des transitions de phase et donc par de puissantes éruptions solaires courant à la surface de l’étoile.

Fernando Ballesteros, un chercheur de l’Université de Valence, a réuni lui aussi une équipe afin d’étudier KIC 8462852. Peu convaincus par la piste extraterrestre, les scientifiques ont travaillé sur plusieurs modèles astronomiques différents afin de tenter de trouver une explication logique et naturelle à tous ces étranges phénomènes.

Ils ont fini par mettre au point une simulation pouvant expliquer ces variations de luminosité.

Cette théorie est assez différente des autres. Elle suppose en effet que tous ces transits sont produits par une gigantesque planète entourée de plusieurs anneaux similaires à ceux de Saturne et par des astéroïdes de type troyen. La baisse KIC 8462852 serait du coup causée par une éclipse secondaire correspondant au passage de cette fameuse planète derrière son étoile.

Le plus intéressant reste cependant à venir, car cette hypothèse serait vérifiable. En effectuant des simulations poussées à partir de ce modèle, les astronomes chargés de l’étude ont en effet déterminé qu’un nouveau transit devrait avoir lieu durant les premiers mois de l’année 2021. Il ne reste donc que quelques années à attendre pour savoir si cette théorie est la bonne.