Kim Dotcom a enfin donné plus de détails sur BitCache

Kim Dotcom travaille depuis plusieurs mois sur une nouvelle version de Megaupload. Cette dernière était censée ouvrir ses portes au début de l’année, mais le roi des pirates a malheureusement été contraint de décaler son lancement de quelques mois. Entre temps, il se bat toujours contre son extradition vers les États-Unis.

Ces dernières semaines n’ont d’ailleurs pas été tendres avec lui puisque la Haute Cour de Nouvelle-Zélande a validé la demande faite par les autorités américaines, plaçant du même coup l’homme dans une situation assez compliquée. Lui, mais aussi sa famille.

BitCache

BitCache sort enfin (un peu) du bois.

Kim Dotcom ne semble cependant pas avoir perdu son enthousiasme légendaire et il a ainsi décidé de nous donner un peu plus d’informations sur son second service, BitCache.

Kim Dotcom ne lâche rien

C’est effectivement par le biais d’une vidéo partagée sur son compte Twitter que l’homme nous explique dans les grandes lignes le fonctionnement de sa nouvelle plateforme, une plateforme qui se positionne sur le segment des microtransactions en Bitcoins et qui vise vraisemblablement à démocratiser la célèbre monnaie alternative.

Le concept semble assez simple, en effet. L’idée est tout bonnement de permettre aux internautes de se créer un portefeuille virtuel en ligne, un portefeuille qu’ils pourront ensuite lier à Megaupload 2.0.

L’intérêt de la chose est simple. Grâce à ce système, les utilisateurs de la plateforme pourront définir un seuil de rémunération sur les fichiers proposés en téléchargement ou en streaming. Ils pourront donc gagner de l’argent en partageant leurs créations.

Mieux, Kim Dotcom précise aussi sur son compte que le BitCache ne fonctionnera pas uniquement avec Megaupload 2.0. La plateforme a effectivement été conçue pour prendre en charge n’importe quel site de streaming ou d’hébergement de fichiers. Uploaded, Rapidgator et tous les autres pourront donc eux aussi tirer parti de ses fonctions.

BitCache, pour monétiser les plateformes de téléchargements et de streaming

L’homme ne compte d’ailleurs pas en rester là. A terme, il pense aussi que son service permettra aux éditeurs de sites de monétiser plus facilement leur contenu, toujours en s’appuyant sur Bitcoin.

Le concept est évidemment très séduisant, mais la plateforme n’est pas encore prête et elle ne le sera pas avant six mois… dans le meilleur des cas. C’est évidemment un problème, car le temps joue actuellement contre lui. Le gouvernement américain fait en effet des pieds et des mains pour accélérer le processus d’extradition et Kim Dotcom aura sans doute du mal à boucler son service s’il se retrouve au fin fond d’une prison américaine.

Crédits Image