Kim Dotcom risque d’être extradé aux Etats-Unis

Le couperet est tombé pour Kim Dotcom, le fondateur de Megaupload. L’appel qu’il a fait contre son extradition vers les États-Unis a été rejeté par la justice néo-zélandaise. Face à cette décision, Kim Dotcom a déclaré qu’il était très déçu par la décision de la Cour d’appel de Nouvelle-Zélande qui a estimé qu’il peut être extradé vers les États-Unis où il fait l’objet d’une poursuite judiciaire.

La justice néo-zélandaise a indiqué que les autorités américaines disposaient d’éléments de preuves que « Les appelants ont conspiré et ont délibérément violé à grande échelle la législation sur le droit d’auteur pour des gains commerciaux. »

Kim Dotcom risque maintenant vingt ans de prison aux États-Unis. Conscient de cela, il n’a pas l’intention de se laisser faire et va faire appel à la Cour Suprême.

De lourdes accusations

Kim Dotcom, Finn Batato, Mathias Ortmann et Bram van der Kolk ont été accusés par les autorités américaines d’avoir amassé 175 millions de dollars en copiant et distribuant illégalement des contenus protégés via Megaupload, fermé depuis 2012.

D’après les sources, les ayants droit ont évalué le préjudice à 500 millions de dollars. Parmi le chef d’accusation, on citera notamment la conspiration de racket, la violation de droits d’auteur et le blanchiment d’argent dont Kim Dotcom est le principal instigateur.

Une longue bataille judiciaire

La justice américaine a fermé Megaupload en janvier 2012. Depuis, c’est une longue bataille judiciaire qui oppose Kim Dotcom aux États-Unis. En 2017, la Haute Cour de Nouvelle-Zélande avait validé la procédure d’extradition de l’accusé. Kim Dotcom avait alors contesté la décision en déclarant que « La communication en ligne et au public d’œuvres protégées par le droit d’auteur n’est pas une infraction pénale en Nouvelle-Zélande. »

En dépit de cela, Kim Dotcom ne compte pas abandonner sa bataille contre la justice américaine. Il a ainsi annoncé qu’il avait intention d’interjeter l’appel devant la Cour suprême. Sur Twitter, il a déclaré que « Le jugement de la Cour d’appel s’est fait dans le déni total de la loi sur le droit d’auteur. Par conséquent, il  a la même valeur que du papier toilette. »

Malgré tout, le ministre de la Justice de Nouvelle-Zélande est en mesure de signer un ordre d’extradition de Kim Dotcom à tout moment.

Mots-clés kim dotcom