Konami rompt son contrat avec Antoine Griezmann suite à une vidéo raciste présumée

Après la résurgence d’une vidéo le montrant se moquer de techniciens japonais avec son coéquipier Ousmane Dembélé, Antoine Griezmann n’est désormais plus en odeur de sainteté auprès de Konami, qui a ainsi rompu le contrat qui le liait au numéro 7 barcelonais.

Récemment apparue sur les réseaux sociaux, une vidéo montrait Ousmane Dembélé tenir des propos désobligeants sur le physique, la langue et les capacités de techniciens asiatiques en intervention dans une chambre d’hôtel. Son coéquipier Antoine Griezmann, devant lui, riait de ces moqueries.

Un ballon de football
Crédits Pexels

Des images auxquelles les footballeurs impliqués ont été appelés à répondre, avec des excuses présentées par les deux joueurs du FC Barcelone. Dans une publication depuis vraisemblablement supprimée de son compte Instagram, Ousmane Dembélé indiquait que la vidéo avait été tournée en 2019 au Japon et qu’il pouvait tenir ce genre de propos “avec des amis, et ce peu importe leur origine”.

Il demandait pardon aux personnes ayant été offensées par cet enregistrement qui, nous dit-on, était initialement privé.

Antoine Griezmann ne sera plus ambassadeur de Yu-Gi-Oh!

Si son rôle apparaît mineur dans la vidéo, Antoine Griezmann, qui se défend d’un comportement raciste de sa part, voit désormais Konami lui faire plus que les gros yeux. Car l’éditeur et le footballeur étaient jusqu’ici liés par contrat :

“Konami Digital Entertainment estime, à l’instar de la philosophie du sport, que toute forme de discrimination est inacceptable”, est-il rapporté par VGC.

“Nous avions annoncé que Griezmann serait notre ambassadeur du contenu de Yu-Gi-Oh! mais, à la lumière des récents événements, nous avons décidé d’annuler le contrat.”

Et Konami d’avoir ajouté : “En ce qui concerne notre franchise eFootball PES, nous allons demander au FC Barcelone, en tant que club partenaire, d’expliquer les détails de cette affaire et toute action future.”

Le FC Barcelone a depuis réagi en regrettant les conséquences de cette vidéo, tout en reconnaissait le “manque de respect” témoigné par ses deux joueurs aux employés de l’hôtel. Et si le club souligne avoir déjà bien pris note et apprécié les excuses formulées par les footballeurs “auprès des fans et partenaires japonais”, il se réserve le droit de prendre des sanctions à leur égard.