Kryptos, l’étrange code exposé au siège de la CIA que personne n’a réussi à résoudre

Une sculpture qui renferme l’un des plus grands mystères de notre génération trône depuis des années au sein du siège de la CIA à Langley, en Virginie (États-Unis). Il s’agit de Kryptos, une œuvre créée par le sculpteur Jim Sanborn à la fin des années 1980.

Sachant que certains des esprits les plus aiguisés de notre planète seront amenés à côtoyer cette sculpture au quotidien, Jim Sanborn a eu l’idée d’y intégrer 4 énigmes cryptographiques. Kryptos a été dévoilé le 3 novembre 1990 par la CIA. Jim Sanborn, qui s’essayait pour la première fois à la cryptographie, pensait que les gens viendraient à bout de son énigme au bout de quelques jours.

Eh bien jusqu’à aujourd’hui, personne n’a été en mesure de percer le secret de Kryptos.

Kryptos, la plus grande énigme cryptographique de tous les temps ?

La chaîne CNN est revenue sur l’histoire de Kryptos. Des années après la création de cette sculpture, Jim Sanborn s’étonne encore que personne n’ait réussi à décrypter les codes cachés dans sa sculpture.

« J’étais loin de penser qu’elle resterait aussi longtemps – trente ans – sans être déchiffrée » a-t-il déclaré.

Le plus étonnant dans cette histoire c’est que Jim Sanborn était loin d’être un expert en cryptographie lorsqu’il a conçu Kryptos. Il a raconté au micro de CNN qu’il avait demandé l’aide d’un expert en cryptologie du nom d’Edward Scheidt, qui travaillait auparavant au sein de la CIA.

Il a appliqué tout ce qu’Edward Scheidt lui a appris au moment de la création de Kryptos, en utilisant des techniques variées.

À lire aussi : Retour sur l’histoire de l’OVNI de Berkshire

Une quatrième et dernière énigme à résoudre

Trois des quatre énigmes de Kryptos ont été déchiffrées par des analystes de la NSA, par des membres de la CIA et par un chercheur informatique du nom de James Gillogly. À l’heure actuelle, on sait que Jim Sanborn a utilisé le carré de Vigenère, un système de chiffrement imaginé au XVIe siècle, pour chiffrer les deux premières sections de sa sculpture.

Les experts ont aussi retrouvé une transposition modulaire ligne/colonne au niveau de la troisième section. Jim Sanborn a également utilisé des codes en morse. Toutes les personnes qui ont tenté de résoudre l’énigme de cette sculpture se sont arrêtées à la quatrième partie, qui est jugée trop complexe.

Pour l’heure, le mystère de cette sculpture reste irrésolu. Au cours de ces dernières, Jim Sanborn a donné des indices aux personnes qui tentaient de déchiffrer cette dernière énigme. Il a donné trois mots qui se trouvent dans la quatrième partie à savoir : « clock », « Berlin » et « northeast. »

À lire aussi : L’histoire de Giulia Tofana, l’empoisonneuse

Mots-clés cia