L’Australie a utilisé des données de localisation de téléphone mobile pour identifier un couple chinois infecté par le coronavirus

Actuellement, le coronavirus continue de se propager à une vitesse alarmante si bien que des pays n’hésitent pas à user de tous les moyens pour essayer de maîtriser la propagation de l’épidémie. C’est justement ce qu’ont récemment tenté de faire les autorités australiennes, rapporte Mashable.

La nouvelle, rapportée en premier par ABC, porte sur un couple chinois qui s’est rendu de la ville de Guangzhou, en Chine à la ville d’Adélaïde, en Australie alors que, sans le savoir, ils avaient été contaminés par le coronavirus. Pour identifier leur emplacement, les autorités australiennes ont utilisé la technologie de suivi par téléphone pour retracer les itinéraires du couple.

Crédits Pixabay

La police australienne s’est défendu auprès d’ABC qu’elle avait pris cette mesure par souci de sécurité publique.

Une société immobilière et ses employés ont été mis en quarantaine

Il se trouve que les deux touristes ne connaissaient pas suffisamment les lieux qu’ils ont visités pour connaître l’emplacement de leur lieu de résidence.

Ils ont donc été demander de l’aide une société immobilière qui organisait la vente aux enchères d’une maison dans la région, ce qui a entraîné la fermeture de la société et la mise en quarantaine de son personnel.

Le couple avait en effet été au contact d’autres personnes lorsqu’il a assisté à la vente aux enchères.

Les autorités ont ainsi utilisé des exceptions prévues par les lois australiennes sur la confidentialité des télécommunications pour localiser le couple et, malgré la barrière de la langue, le couple chinois s’est conformé de bonne grâce aux indications des autorités.

Désactiver les services de localisation ne suffit pas à cacher sa localisation

À noter que selon Mashable, les autorités australiennes n’ont pas exploité les itinéraires du couple de la même manière que Google Maps. Plus explicitement, un téléphone portable émet un signal à une tour cellulaire lorsqu’il est utilisé. Les opérateurs de téléphonie mobile peuvent conserver ces informations dans un dossier pour, par exemple, évaluer leurs réseaux.

Toutefois, un mobile peut également devenir un « localisateur de localisation », et ce, même à votre insu et même si vous désactiviez les services de localisation. Les tours cellulaires gardent en effet une trace des connexions et les autorités américaines ont utilisé cette technologie depuis des années pour résoudre les affaires de crime.

Cependant, une décision de la Cour suprême de 2018 a déclaré que les autorités devraient se munir d’un mandat pour accéder à ces informations. Sauf que dans ce cas-ci, il semblerait que la dangerosité du coronavirus ait fait une exception à la règle. Espérons que ce soit la seule.