L’Ukraine cherche des bénévoles pour lutter contre les cyberattaques russes

Suite à la guerre Russie-Ukraine, le gouvernement ukrainien a fait appel à des volontaires internationaux pour l’aider à repousser les attaques des Russes de toutes les manières possibles. D’autant plus que les cyberattaques font rage depuis l’assaut de Vladimir Poutine, mercredi dernier.

Le gouvernement ukrainien veut rassembler une armée informatique afin de mettre un terme aux cyberattaques des acteurs russes. Le gouvernement a déjà demandé aux plateformes de réseaux sociaux de restreindre les médias russes sur leur plateforme. En guise de riposte, le gouvernement russe a limité l’accès de Facebook dans son pays car Meta a refusé d’arrêter la vérification de certains médias.

cyberattaque

L’Ukraine appelle à l’aide

Samedi dernier, le ministre de la Transformation Numérique ukrainien, Mykhailo Federov, a annoncé sur Twitter qu’ils sont à la recherche de militants voulant s’opposer à la Russie avec eux, par le biais des réseaux sociaux. Les cyberattaques se multiplient à vitesse grand V en ciblant principalement les personnalités publiques et les militaires. De faux profils ont été créés pour usurper leurs identités en utilisant leurs informations personnelles. D’autres ont même été victimes de piratages tant au niveau de leur compte que de leur messagerie.

En ce moment, l’Ukraine a créé un site pour rassembler les militants et a déjà reçu plus de 26.000 abonnés. Le gouvernement ukrainien incite ses abonnés à utiliser toutes les stratégies plausibles pour repousser les cyberattaques et les attaques par déni de service, connu sous le sigle DDoS.

L’Ukraine a décidé de mobiliser les bénévoles sur Telegram

Un canal pour les cyberspécialistes a été créé sur Telegram. Ce canal a été nommé IT Army of Ukraine. Cependant, Moxie Marlinspike, le fondateur de Signal, a souligné que Telegram n’est pas aussi sécurisée que les utilisateurs le pensent. Il explique qu’à moins d’activer la fonction Secret Chat, les conversations ne sont pas cryptées de bout en bout. Or, il se pourrait que de nombreux employés de Telegram aient de la famille en Russie. Le gouvernement russe pourrait ainsi retourner cette situation contre l’Ukraine.  

Par ailleurs, YouTube a également décidé d’interdire temporairement à Russia Today et à d’autres chaînes affiliées au Kremlin de générer des revenus publicitaires sur sa plateforme. Cela implique que les sociétés russes ne peuvent pas monétiser leurs publicités.

Source

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.