La 4G sur la Lune inquiète les astronomes

La NASA travaille actuellement sur le programme Artemis. L’objectif de celui-ci est de ramener les astronautes américains sur la Lune. L’agence spatiale américaine se donne jusqu’à 2024 pour atteindre son but. Au cours de ces derniers mois, elle a multiplié les partenariats avec les entreprises privées pour développer des infrastructures qui vont lui permettre de mener à bien cette mission. Récemment, on a appris que la NASA avait passé un accord avec Nokia pour installer un réseau 4G sur la Lune.

Dans le cadre de ce partenariat, l’entreprise finlandaise s’est vu octroyer un financement de 14,1 millions de dollars. Elle devra utiliser cette somme pour « déployer le premier système de communication LTE/4G dans l’espace. » La mise en place d’un réseau 4G sur la Lune est d’une importance capitale pour la NASA. Elle devrait en effet permettre de « prendre en charge les communications de surface lunaire à de plus grandes distances. »

Crédits Pixabay

Néanmoins, certains scientifiques ne voient pas ce projet d’un très bon œil. C’est notamment le cas d’Emma Alexander, une chercheuse de l’Université de Manchester.

Un projet qui n’augure rien de bon pour la radioastronomie

Le 23 octobre 2020, Emma Alexander a publié un article sur le site The Conversation. Elle y fait part de son inquiétude face à l’annonce du projet de réseau 4G de la NASA. Selon elle, le déploiement de la 4G sur la Lune serait de mauvais augure pour la radioastronomie.

En effet, ce réseau générera ce que les scientifiques appellent RFI ou Radio frequency interference. Il s’agit d’un cauchemar pour les astronomes, car ces interférences brouillent les signaux perçus par les radiotélescopes. Au fil des ans, les chercheurs ont développé de nombreuses stratégies pour essayer de bloquer les RFI.

Les chercheurs font part de leurs inquiétudes

Dans son article, Emma Alexander a expliqué que les astronomes projettent depuis des années de mettre en place un radiotélescope situé à proximité de la Lune. Cette position leur permettrait de filtrer les signaux terrestres et de capter des fréquences radio extrêmement basses. Ainsi, ils pourront répondre à certaines questions fondamentales portant notamment sur le Big Bang. Malheureusement, avec le réseau 4G de la NASA, ce radiotélescope risque de ne jamais voir le jour.

Ce n’est pas la première fois que des scientifiques expriment leurs inquiétudes face à certains projets spatiaux. Par exemple, des astronomes ont déclaré il y a quelques mois que les satellites du projet Starlink de SpaceX risquaient d’engendrer une pollution lumineuse dans l’espace.

Selon eux, leur présence augmenterait également les risques de collisions avec les débris spatiaux.

Mots-clés 4gastronomielune