La banque centrale de Nouvelle-Zélande victime d’une cyberattaque

La banque centrale de Nouvelle-Zélande a subi une cyberattaque. La Reserve Bank of New Zealand (RBNZ) parle de l’incident dans un communiqué de presse publié dimanche 10 janvier 2021. D’après la déclaration, des acteurs externes ont eu accès à l’un des systèmes de données de l’établissement de Wellington.

L’attaque malveillante a notamment touché « un service de partage de fichiers tiers utilisé par la banque centrale pour partager et stocker certaines informations sensibles ». Si l’on en croit le gouverneur de la RBNZ, Adrian Orr, la banque centrale a déjà réussi à contenir l’incident. «Les principales fonctions de la banque restent solides et opérationnelles» a-t-il dit.

Crédits: Pixabay

Par mesure de précaution, la RBNZ a décidé de déconnecter son système informatique.

Des informations commerciales et personnelles volées ?

Orr a affirmé que, pour l’instant, l’établissement de Wellington n’est pas en mesure d’évaluer l’ampleur des dommages.

« La nature et l’étendue des informations potentiellement accessibles sont encore en cours de détermination, mais elles peuvent inclure certaines informations commerciales et personnelles sensibles », peut-on lire dans le communiqué publié par la RBNZ.

Le gouverneur a par contre indiqué que la banque centrale n’est pas seule à enquêter sur l’incident. « Nous travaillons en étroite collaboration avec des experts nationaux et internationaux de la cybersécurité et d’autres autorités compétentes dans le cadre de l’enquête et sur la manière de réagir à cette attaque malveillante », a déclaré M. Orr.

Le nombre de cyber-incidents en augmentation en Nouvelle-Zélande

Les actes cybercriminels deviennent de plus en plus fréquents en Nouvelle-Zélande. Dans son rapport du troisième trimestre 2020, l’agence gouvernementale CERT NZ affirme avoir reçu 2610 rapports d’incidents de cybersécurité. Par rapport au deuxième trimestre de l’année dernière, ce nombre a considérablement augmenté. La CERT NZ a notamment constaté une hausse de 33%.

Les hackers ont ciblé des particuliers et des entreprises néo-zélandaises. La plus grosse attaque du troisième trimestre 2020 a eu lieu en août. L’opérateur de la Bourse de Nouvelle-Zélande a été piraté, ce qui a provoqué une interruption des échanges pendant quatre jours.

Il va sans dire que les cyberattaques entraînent des pertes financières considérables. Selon un rapport de la banque centrale de Nouvelle-Zélande, publié en février 2020, le coût des attaques informatiques et des cyber-incidents pour le secteur des banques et des assurances est estimé entre 80 millions et 140 millions NZD (soit environ 47 et 83 millions d’euros).

Mots-clés banque