La Banque Postale propose un service de paiement vocal

La Banque Postale a lancé ce mardi un service de paiement en ligne par reconnaissance vocale. Une première en France. Baptisé Talk To Pay, il permettra de faciliter et de sécuriser les paiements à distance de ses dix millions de clients.

Les détenteurs d’une carte de crédit pourront ainsi « oublier » le mot de passe habituel pour utiliser une identification par la voix.

Après plus de cinq années de recherches et de tests auprès de 600 utilisateurs, le service Talk To Pay est sur pied. Tous les clients pourront désormais bénéficier de cette technologie biométrique sur leur ordinateur et leur smartphone. La souscription coûte 5 euros par an pour les 18-25 ans et 10 euros par an pour les autres tranches d’âge.

Une innovation majeure pour le secteur bancaire

Plus besoin de se souvenir des numéros de la carte bancaire. Sur ordinateur, le dispositif fonctionne via une extension à installer dans le navigateur après avoir reçu un code d’installation par courrier. Le paiement s’effectue en prononçant une phrase d’authentification spécifique reçue au préalable par SMS : « Bonjour, prénom, nom, je m’identifie par ma voix… » qui permet d’associer la voix aux coordonnées de la carte bancaire rattachée.

Le plug-in remplit ainsi automatiquement les champs de paiement, et le client n’a plus qu’à valider. Le lien permanent entre interface web – voix – mobile est gage de sécurité pour confirmer l’identité.

Le dispositif rappelle la procédure d’authentification 3D Secure qui envoie un code par SMS à recopier dans le champ concerné. Ici la voix a pour but de renforcer la sécurité, grâce à ces cryptogrammes aléatoires à chaque opération, notamment contre le phishing (hameçonnage).

Sur mobile, l’option est disponible via l’application « mes paiements » de la Banque Postale à télécharger sur l’App Store et le Play Store.

La sécurité des clients mise en avant

Talk To Pay devrait permettre de réduire les risques de fraude à la suite d’un vol ou d’une perte de carte bancaire, car la souscription au service désactive le cryptogramme à trois chiffres inscrit au dos de la carte. De ce fait, une utilisation frauduleuse déclenche un appel d’alerte sur son mobile qui offre la possibilité d’entamer immédiatement une procédure d’opposition.

Sur l’ensemble des tests réalisés depuis 2012, aucune fraude n’a été détectée. La fréquence de la voix étant spécifique à chacun, elle complexifie grandement les possibilités de fraudes. Si une personne malveillante parvenait à enregistrer ou simuler numériquement la voix d’une personne, il faudrait alors qu’il ait en sa possession son mobile également, pour retranscrire le code unique reçu par SMS.

Cette initiative inédite dans ce secteur symbolise la démocratisation rapide des assistants vocaux. Désormais très présents dans nos smartphones et nos ordinateurs, ils s’étendent à tout type de domaines, pour être toujours plus présents dans notre quotidien.

Des systèmes comme Mycroft, ou l’enceinte HomePod récemment présentée par Apple visent à intégrer les assistants vocaux dans la maison. Il sera même possible de valider des paiements à travers ces boîtiers.

La voix s’impose donc comme un nouvel axe principal de recherche et de développement des nouvelles technologies de ces prochaines années. La Banque Postale, précurseure, verra sans aucun doute l’extension de ce type de service à d’autres groupes du secteur.

La voix va-t-elle définitivement remplacer le mot de passe, puis le clavier… ?

RED by SFR : un forfait 30 Go à 10 € par mois !