La bataille juridique entre Epic Games et Apple va reprendre en Australie

Epic Games déterre de nouveau la hache de guerre en apportant cette fois sa bataille contre Apple sur le territoire australien. On apprend en effet que le développeur de Fortnite  attaque actuellement le géant de Cupertino devant la Cour Fédérale australienne, affirmant que l’Apple Store et les pratiques d’Apple vont à l’encontre des textes australiens définissant les droits des consommateurs.

Epic Games clame que l’Apple Store d’Apple est restrictif, empêchant l’accès des applications de certains développeurs au marché, la bonne concurrence entre les développeurs, et par-dessus tout, limite la liberté des consommateurs dans leurs choix.

Crédits Pixabay

Epic Games pointe notamment du doigt la manière selon laquelle Apple gère les permissions et censure certains développeurs sur sa plateforme. Selon l’entreprise, le problème va plus loin qu’un simple conflit entre deux entreprises, car Apple empêche tout simplement la bonne concurrence sur le marché et aliène les droits des consommateurs.

Epic Games n’en a apparemment pas encore fini avec Apple

Epic Games lance donc une procédure en Australie, après avoir demandé gain de cause il y a quelques mois aux Etats-Unis, toujours dans le même souci de principe. Pour rappel, Apple et Google avaient alors retiré Fortnite de leurs plateformes de distribution d’applications, car Epic Games avait ajouté son propre système indépendant d’achat dans le jeu.

Toujours comme motif de la demande, cette fois-ci en Australie : la façon dont Apple « a entravé ou empêché, et continue d’entraver ou d’empêcher Epic et les autres développeurs et les entités qui proposent des services de paiement intégrés de concourir efficacement sur le marché de distribution d’application sur iOS et sur le marché de moyens de paiement dans les applications sur iOS ».

Selon Epic Games, les manœuvres d’Apple et consorts constituent donc, non seulement une tentative d’imposer un monopole sur le marché et de restreindre les possibilités sur les processus d’achats dans les applications, mais entrave aussi le développement du secteur et des applications qui sont sur Apple Store.

Pour Sweeney, cela va au-delà du simple différend entre les deux entreprises

Tim Sweeney, CEO d’Epic Games, ajoute que cette démarche va plus loin « qu’une simple opposition entre Epic et Apple – cela remet en question le fait que les consommateurs et créateurs peuvent faire des affaires directement entre eux sur les plateformes mobiles ou s’ils sont forcés d’utiliser des moyens sous monopoles contre leur gré et leur volonté ».

Et apparemment, l’affaire promet des rebondissements vu que l’Australian Competition and Consumer Commission a affirmé en septembre qu’elle va se pencher beaucoup plus sur les grandes plateformes de distribution d’applications, notamment sur l’usage des données, l’ouverture à la compétitivité et le choix des applications mises à disposition. Elle prendra aussi en compte l’avis des consommateurs et des développeurs qui passent par ces plateformes.

Une histoire à suivre.

Mots-clés appleepic games